Nazareth, ville fantôme

 

Nazareth, capitale du mensonge

Par Neutrinos

« Tout le monde a appris que Jésus était « de Nazareth ». Pourtant le texte grec emploie peu cette expression. Jésus est plus souvent appelé le Nazarenos ou le Nazôraïos. D’ailleurs nombre de traducteurs modernes rétablissent les formes « Nazaréen » ou « Nazôréen ». Les exégètes actuels reconnaissent que le mot pose problème. En effet la petite ville en question ne semble exister que depuis la rédaction des Evangiles. »

(Michel Gozard : Jésus ? Une histoire qui ne peut pas être de l’Histoire)

images

Nazareth n’est pas mentionnée une seule fois dans le TaNaK (dit ancien testament). Le Livre de Josué, riche en énumérations d’agglomérations diverses ignore totalement Nazareth (voir chapitre 15 à 19).

Les Talmuds citent 63 villes de Galilée mais n’évoquent jamais Nazareth parmi celles-ci.

Flavius Josèphe, en dépit des retouches, ajouts et corrections diverses subis par ses écrits, ne connaît pas non plus.

Et plus fort encore, les nombreuses missives envoyées par le supposé Paul ne mentionnent pas une seule fois l’importante cité du siège social de l’entreprise de charpentes du père Joseph. Il faut dire que cet intarissable épistolier ne connaît pas Madame Joseph non plus, ex-rosière du bled en question.

C’est un tout petit village, insignifiant aux époques grecque et romaine, qui fut transformé en Nazareth vers le quatrième siècle, suite aux questions embarrassantes de pèlerins nouveaux convertis. On ne peut pas dire que le choix du site ait été des plus heureux, les textes qualifiant toujours Nazareth de ville et non de village comme par exemple Béthanie ou Emmaüs. De plus, si l’on en croit Luc IV, 29 :

« Ils le menèrent à un à-pic de cette montagne où était bâtie leur ville pour le précipiter ».

Or la ville actuelle est dans un creux et il a fallu aller à 2 km au sud-est pour identifier une « Montagne de la Précipitation ».

Nazareth-Mount-of-Precipitation-from-west-panorama,-tb041003219-biblelieux

Le Mont de la Précipitation

Plus drôle encore, d’après Mathieu XIV et Marc VI, la ville devrait être sur la rive d’un plan d’eau puisque le héros, alors chez ses parents, quitte le lieu en bateau avec ses amis.

Alors d’où sort ce Nazareth ? De Mathieu II, 23 :

« et il vint habiter dans une ville appelée Nazareth ; pour remplir cette parole des prophètes : il sera appelé nazaréen. »

Et plouf, dans le lac asséché! Cette prétendue parole de prophète n’existe pas, n’a jamais existé chez aucun prophète.

Nazareth est un nom fictif, une invention, d’où les gloses embarrassées des exégètes et autres érudits, puis leur mutisme.

Le traducteur de la bibliothèque de La Pléiade a mis en note, je cite:

« Il sera appelé nazaréen : il n’est pas question de Nazareth dans l’Ancien Testament ; mais ce nom prête à un double jeu de mot. Le premier rapproche « Nazareth » de la racine hébraïque NSR, «conserver » (d’où : « surgeon », ce qui garde la sève ; ainsi dans Isaïe, XI, 1 ; LIII, 2, etc.). Le second rapproche « Nazareth » de la racine NZR, « dévouer, mettre à part », qui a donné nâzir, le consacré …. »

La seconde hypothèse est à éliminer d’office concernant le héros des évangiles, car les « nâzirs » devaient s’abstenir de vin et de tous produits venant de la vigne. Pour la première, lire NaTsaR ou NeTseR….

Il existait déjà une secte de « nazaréens » 20 ans au moins avant l’ère vulgaire. Pline l’Ancien, selon des renseignements fournis par Marcus Agrippa, un général de l’empereur Auguste, en parle dans son livre V à propos de la géographie du Moyen-Orient:

«  La Coelesyrie a Apamée, séparée par le fleuve Marsyas de la tétrarchie des Nazariniens »

Le sanctuaire de la religion spectacle

Ci-dessous extrait d’un article trouvé sur un site dont je n’ai pas relevé la référence (je présente toutes mes excuses aux auteurs)

1090
Les croisés cherchent mais ne trouvent pas le village de Nazareth où aurait vécu Jésus. Nazareth n’existe pas! Nazareth sera fondé au XIIIe. siècle en rebaptisant le village arabe En-Naçira… Il y a un doute aujourd’hui pour savoir si ce sont les croisés ou les romains christianisés qui ont créé Nazareth au IVe siècle. Ce dont on est sûr c’est que Nazareth n’existait pas 300 ans après JC. Les croisés construisent aussi l’église Saint Gabriel, les thermes et le puits où l’ange Gabriel serait apparu à Marie pour lui annoncer qu’elle allait enfanter Jésus.

Sources www.bible.chez-alice.fr: archéologue Tzvi Shacham du Musée des antiquités de Tel-Aviv, « Jésus contre Jésus » Gérard Mordillat et Jérôme Prieur, R. Ambelain, « L’Idée Libre » avril 1958,« Corpus Christi » Arte, « Jésus anatomie d’un mythe » Pascal Boistier, « L’Idée Libre », numéro 2, Paris avril 1958, Gozard Michel Jésus, Etienne Nodet, Ecole biblique de Jérusalem, « Corpus Christi », Arte ?

Citations

De Patrick Boistier, Histoire secrète du christianisme, éditions Praelego, Paris 2011

Pour Matthieu, Marc et Luc, l’enfance de jésus s’est déroulée à Nazareth, ville de Galilée. Cette affirmation pose problème, car le nom de cette ville ne figure dans aucun texte ancien: ni l’Ancien Testament, ni le Talmud, ni les Manuscrits de la Mer Morte, ni même Flavius Joseph n’en parlent… Ce ne fut qu’en l’an 240 de notre ère, si l’on en croit Eusèbe de Césarée (IVe siècle), que Jules l’Africain en fit mention pour la première fois. Ceci dit, ce n’est que sur des manuscrits des Evangiles canoniques, datant du IVe siècle, que nous relevons visuellement pour la première fois le nom « Nazareth ». En fait, la bourgade qu’on nous présente sous ce nom n’est apparue sur les cartes géographiques qu’au VIIIe siècle: les pèlerins devenant de plus en plus nombreux, et voulant visiter le lieu où Jésus était censé avoir grandi, on décida que le village arabe En-Naçira, au centre de la Galilée, serait Nazara/Nazareth… Mais En-Naçira n’existait pas au premier siècle de notre ère.

6163163

Nazareth aujourd’hui

De Michel Gozard:

La suspicion augmente quand on constate que la Nazareth qui a été retrouvée dans les premiers siècles par les pèlerins en quête des Lieux Saints correspond mal à la topographie donnée dans Luc:

« Et s’étant levés, ils le chassèrent de la ville, et le menèrent jusqu’au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, afin de le précipiter en bas. »

(4, 29; trad. Segond)

La Vulgate et la traduction Chouraqui parlent aussi d’une ville sur une montagne. Or la Nazareth d’aujourd’hui est construite sur le flanc d’une douce colline au nord de la plaine de Jizréel. Plus prudentes, la Bible de Jérusalem et la T.O.B. parlent d’un « escarpement de la colline sur laquelle était bâtie leur ville »; ce qui est légitime puisque le mot grec utilisé signifie « sommet escarpé », « hauteur », « tertre », « élévation ». Seulement la Nazareth retrouvée ne présente aucun élément naturel permettant une reconstitution de la scène. C’est pour cela que les pèlerins doivent aller voir le « mont de la Précipitation » à 2 km plus au sud!

Conclusion

Le très médiatique pape François doit se rendre en Israël au mois de mai, ira-t-il « se recueillir » et prier dans ce sanctuaire du mensonge ?

C’est là que l’on pourra juger jusqu’où peut aller le charlatanisme et la fumisterie…



Laisser un commentaire

O'nyx, Evénementiel |
studentsohaib |
TV2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | JUVENIL WORLD
| Transparency Mali
| agboville le novateur d'Afr...