Benjamin de Tudèle au Tibet

 

Benjamin de Tudèle et le Tibet

 Benjamin de Tudèle, fils du rabbin Jonas de Tudèle, de pieuse mémoire, quitta Saragosse vers l’an 1160 pour effectuer un voyage qui le mena sur les rivages de mondes inconnus….

A son retour en 1173, il mit ses souvenirs par écrit. Des traductions en français commencèrent à circuler au XIXè siècle.

Benjamin de Tudèle au Tibet dans Culture benjamin-of-tudela-and-media-arachosia-or-khurasan-300x185

Itinéraire de Benjamin de Tudèle

Quel Tibet ?

Notes et commentaires par Neutrinos

Non, ce n’est pas une plaisanterie, le Rabbin Benjamin de Tudèle évoque bien une contrée de ce nom. Celle-ci se situe vers le Cachemire, au sud de la Mer d’Aral,vers le Baltistan ou Petit Tibet, nom également donné au Ladakh.

Ce que nous appelons de nos jours Tibet ou Thibet est Bed Yul ou Khang Yul, pour ses habitants.

Récit de Benjamin

A cinq journées de là est Samarkand cette grande ville qui est sur les frontières du royaume, c’est à dire de la Perse, où il y a environ cinquante mille Israélites, qui ont pour chef établi sur eux le prince R. Obadia ; il y a parmi eux des disciples des sages et des gens riches.

afrosiab-samarkand-3-300x138 dans Tradition

A Samarkand (absolutechninatours.com)

De là il y a quatre journées à Thoboth (Tibet), province dans les forêts de laquelle est le musc.

De là il y a vingt-huit journées aux montagnes de Nisbon, qui sont sur le fleuve Gozan. Il y a en Perse des Juifs originaires de ces montagnes qui disent qu’on trouve dans les villes de Nisbor les quatre tribus de Dan, de Zabulon, d’Aser et de Nephtali, que Salmanasar, roi d’Assyrie, y a transportées à la première captivité, selon ce qui est écrit (II-Rois, 18,11). Il transporta les Israélites à ‘Halah sur le ‘Habor, rivière du Gozân, aussi bien que dans les villes de Médie (Afghanistan). Leur pays a vingt journées de circuit. Ils ont des villes et des bourgs sur les montagnes. Ils sont environnés, d’un côté par le fleuve du Gozân. Ils ne sont assujettis à aucun joug des gentils, mais ils ont un prince nommé Yoseph Amarckla, lévite ; ils ont parmi eux des disciples des Sages.

hara-gozan-havor-pesh-havor-as-oxus-herat-peshawar-300x168

La région du Gôzan

Ils sèment et ils moissonnent. Ils vont par des déserts faire la guerre au pays de Kuth. Ils sont alliés avec les Copher-al-Tourcs (Tokhariens), qui adorent le vent, et qui demeurent dans les déserts. C’est une nation qui ne boit point de vin et ne mange point de pain. Ils ne mangent que de la chair crue, telle qu’elle est, sans la faire cuire. Ce sont des gens cruels. Au lieu du nez, ils ont de petits trous par lesquels ils respirent. Ils mangent toutes sortent d’animaux purs et impurs. Au reste, ils aiment les Israélites.

Il y a à présent quinze ans qu’ils vinrent en Perse avec une puissante armée ; ils y prirent d’abord la ville de Roi ou Rai, et, après avoir tout passé au fil de l’épée et tout pillé, ils s’en retournèrent dans leurs déserts. Il y avait bien longtemps qu’ont avait entendu parler de chose semblable dans la Perse ; le roi de Perse, l’ayant appris, se mit fort en colère contre eux, en disant : « Jamais, du temps de mes ancêtres, aucune armée n’est sortie de ce désert ; je m’en vais donc maintenant et j’effacerai leur nom de la terre. »

Il fit donc publier un édit par tout son royaume pour rassembler toutes ses troupes, et il fit chercher un guide qui leur montrât le chemin de leur campement. Il en trouva un qui lui dit : « Je te montrerai l’endroit où ils sont, car je suis l’un d’entre eux. » Alors le roi lui jura qu’il l’enrichirait s’il lui montrait le chemin, et s’il faisait ce qu’il promettait.

Enfin le roi lui demanda :

« Pour combien de temps avons-nous besoin de provisions pour faire ce chemin dans ce grand désert ? »

A quoi il répondit :

« Prenez du pain et de l’eau pour quinze jours, car vous ne trouverez point de nourriture jusqu’à leur pays. »

baltistan-the-border-with-ladakh-1936-300x198

Région du Baltistan et du Ladak (tableau de Nicholas Roerich)

Cela ayant été ainsi exécuté, l’armée marcha dans le désert pendant quinze jours, sans rien trouver. Il ne leur restait donc que très peu de provisions ; hommes et bêtes commençaient à mourir. Alors le roi ayant fait appeler le guide lui dit :

« Où sont tes paroles, par lesquelles tu nous a assuré que nous trouverions nos ennemis ? »

A quoi le guide répondit :

« Je me suis égaré du chemin. »

Mais le roi irrité lui fit trancher la tête, et il fit publier par tout le camp que celui qui aurait quelque nourriture la partagerait avec son compagnon. Ils mangèrent donc tout ce qu’ils avaient en main, jusqu’à leurs bêtes de somme, et ils marchèrent encore treize jours par les déserts, jusqu’à ce qu’ils arrivèrent aux montagnes de Nishor (Chasvin), habitées par les Juifs.

Les Perses y étant arrivés de jour, ils campèrent dans des jardins et dans des vergers, auprès des fontaines qui sont le long du Gozân. Or c’était la saison des fruits, ils mangeaient et ravageaient tout, sans que personne sortit contre eux ; mais ils découvraient sur les montagnes plusieurs villes et tours. Le roi donc ordonna à deux de ses serviteurs d’aller s’informer quelle nation habitait sur ces montagnes, et d’y aller de quelque manière que ce fût, soit sur des bateaux, soit à la nage.

Ces hommes y étant allés, trouvèrent un grand pont sur lequel il y avait des tours et une porte fermée, et au bout du pont, de l’autre côté du fleuve, il y avait une grande ville. Ces deux hommes crièrent du pont jusqu’à ce que quelqu’un étant venu, leur demanda :

« Que voulez-vous, et à qui appartenez-vous ? »

Mais ils ne l’entendirent point, jusqu’à ce qu’un truchement qui savait leur langue étant venu, leur fit la même question. Ils répondirent :

« Nous sommes serviteurs du roi de Perse, et nous venons vous demander qui vous êtes, et à qui vous obéissez ? »

A quoi ceux-ci répondirent :

« Nous sommes Juifs, et nous ne sommes soumis à aucun roi ou prince gentil ; mais nous avons un prince juif. »

Les Persans s’informèrent aussi touchant les Comarius, enfants de Gotz, d’entre les Copher-al-Torchs. Mais les Juifs répondirent :

« Ce sont nos alliés ; et quiconque cherche à leur faire du mal, nous en fait à nous. »

zhangye-1-300x174

Vers Kashgar (voyagecasher.com)

Ces deux hommes s’en étant retournés et ayant fait ce rapport, le roi fut saisi d’une grande terreur. Le lendemain, les Juifs envoyèrent lui livrer bataille. Le roi répondit :

« Je ne suis pas venu pour vous faire la guerre, mais seulement aux Copher-al-Torchs, mes ennemis. Que si vous voulez me faire la guerre, je me vengerai en faisant mourir tous les Juifs de mon royaume, car je sais que vous êtes plus forts que moi dans ce pays. Usez plutôt de bonté envers moi ; ne me faites pas la guerre, laissez-moi la faire contre les Copher-al-Torchs, mes ennemis, et vendez-moi des vivres autant que moi et mon armée en avons besoin. »

Les Juifs, ayant délibéré entre eux, prirent la résolution de complaire au roi de Perse à cause des Juifs qui sont dans son royaume. Il entra donc dans leur pays lui et toute son armée, et s’y arrêta quinze jours, les Juifs lui faisant de grands honneurs.

Cependant ceux-ci envoyèrent en même temps des lettres aux Copher-al-Torchs, leurs confédérés, par lesquelles ils leur donnaient avis de tout ce qui s’était passé. De sorte que tous les habitants de ces déserts se saisirent des passages des montagnes avec une grande armée. Le roi de Perse s’étant mis en marche pour les combattre, ceux-ci, s’étant avancés, lui livrèrent bataille en chemin, et firent un si grand carnage dans l’armée persane que le roi de Perse fut obligé de se sauver avec peu de gens dans son pays.

img038-300x213

Or un cavalier d’entre les serviteurs du roi emmena avec lui par ruse un Juif de ce pays, nommé R. Moshe, dont ce cavalier fit ensuite son esclave lorsqu’il arriva en Perse. Un jour, comme les archers s’exerçaient à tirer à l’arc pour divertir le roi, il ne s’en trouva point de si adroit que R. Moshe. Le roi, l’ayant fait venir, le questionna par un truchement, sur quoi R. Moshe lui raconta d’abord tout ce qui lui était arrivé, et comme il avait été emporté frauduleusement par ce cavalier.

Aussitôt, le roi l’anoblit, le fit revêtir d’habits de soie et de lin fin, et lui fit de grands dons. A quoi le roi ajouta :

« Si tu veux te convertir et embrasser notre religion, j’userai de gratitude envers toi, je te ferai puissamment riche, et même je t’établirai sur toute ma maison. »

A quoi il répondit :

« O roi, mon seigneur, c’est ce que je ne puis faire. »

Le roi donc le prit et le mit dans la maison de R. Schalom, prince de l’assemblée d’Ispahan, qui lui donna sa fille en mariage.

C’est ce R. Moshe lui-même qui m’a raconté cette histoire.

280px-khyberpasspakistan

La Passe de Khyber (photo Wikipédia)

Salomon en Asie Centrale

La contrée et la ville, évoquées par l’informateur de Benjamin, semblent se situer dans la région de la ville de Kashgar. Marco Polo y séjourna un siècle plus tard, après le passage des guerriers de Gengis Khan. Il décrit ainsi la cité :

A ce qu’on dit, Casgar était jadis royaume libre, mais est à présent soumis au Grand Caan (…)

Les gens vivent de métiers et de commerces, et surtout de travailler le coton. Ils ont de très beaux jardins et vignes et beaux vergers d’arbres fruitiers.

 img0901-264x300

La chaîne de montagnes qui sépare le Pakistan du nord de l’Afghanistan porte le nom de Salomon (Suleimân). C’est en son sein que s’ouvre la fameuse « Passe de Khyber ». Elle culmine au « Takht-i-Suleimân » Siège de Salomon, à 3624 m.

Entre 1924 et 1929, le peintre Nicholas Roerich sillonna ces régions de l’Asie Centrale. De cette expédition il rapporta 500 tableaux mais aussi quelques notes dont il tira son ouvrage Shambhala. En voici des extraits en rapport avec le sujet :

 A Kuchar, vous entendrez parler de King Po-Chan, régent des Tokhariens, et de la façon dont il disparut avec les trésors de son royaume, ne laissant que du sable, des pierres et des ruines derrière lui, lorsque l’ennemi approcha.

Au Cachemire, ils parlent de la tribu perdu d’Israël ; certains rabbins érudits pourraient vous expliquer qu’Israël est le nom de ceux qui cherchent, et que ce nom représente non pas une nation, mais le caractère d’un peuple. (…)

Dans les monts Altaï, dans la belle vallée de Uimon, dans les hautes terres, un vénérable Ancien me dit :

« Je vous prouverai que l’histoire des Chuds, le peuple qui vit à l’intérieur de la terre, n’est pas que le fruit de l’imagination ! Je vous conduirai à l’entrée de ce royaume souterrain. »

Sur la route qui traverse la vallée entourée de montagnes neigeuses, mon hôte nous raconta plusieurs légendes sur les Chuds. Il est remarquable que « Chud », en russe, ait la même origine que le mot merveille. Alors, peut-être pouvons-nous considérer les Chuds comme une merveilleuse tribu. (עם סגלה)

(…)

img035-300x201

Quand nous approchions de Khotan, aussi, les sabots de nos chevaux sonnaient creux, comme si nous avions chevauché au-dessus de grottes ou de cavités. Les gens de notre caravane attirèrent notre attention sur ce phénomène et dirent : « Entendez-vous que nous traversons un passage creux souterrain ? Ceux qui connaissent bien ces passages peuvent les emprunter pour atteindre des pays lointains. »

(…)

Sur le sommet même d’une montagne, on peut voir plusieurs pierres. Des ruines, probablement.

« Ceci est le trône de Suleiman », vous explique le chef de la caravane.

« Mais comment se fait-il que partout, à travers l’Asie, on puisse voir des trônes de Salomon. Nous en avons vu à Srinagar, près de Kashgar, et il y en a plusieurs en Perse. »

Mais l’homme de la caravane n’abandonne pas son idée favorite.

« Certainement il y a plusieurs trônes du Grand Roi Suleiman. Il était sage et puissant. Il avait un appareil pour voler au-dessus de plusieurs pays. Les gens stupides croient qu’il utilisait un tapis volant ; mais les hommes instruits savent que le Roi possédait un appareil… »

img036-300x186

Liens :

Sur Benjamin de Tudèle

http://akhsahcalebunblogfr.unblog.fr/2011/01/25/benjamin-de-tudele-a-posquieres/

http://akhsahcalebunblogfr.unblog.fr/2011/03/30/benjamin-de-tudele-a-lunel/

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2011/03/06/saint-gilles-du-gard/

http://akhsahcalebunblogfr.unblog.fr/2012/12/13/benjamin-de-tudele-a-jerusalem/

 

Sur le voyage du peintre Nicholas Roerich

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2011/09/04/de-carnac-a-shambhala/

Les peintures de Nicholas Roerich sont extraites de: Nikolay Roerich, Maesters of World Painting; Aurora Art Publishers, Leningrad 1976

 Divers

La carte des Monts Suleiman a été scannée dans le Dictionnaire de la civilisation indienne, Louis Frédéric, Bouquins, Robert Laffont 1987.

La carte de l’itinéraire de Benjamin de Tudèle et celle de la région du Gôzan proviennent du site:

http://muslimbaniisrael.wordpress.com/



O'nyx, Evénementiel |
studentsohaib |
TV2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | JUVENIL WORLD
| Transparency Mali
| agboville le novateur d'Afr...