Quel dieu ?

 

Pour en finir avec dieu

Par Neutrinos

Non, il ne s’agit pas du livre de Richard Dawkins sur le principe que les religions appellent de ce nom, mais simplement un rappel de ce que le mot lui-même signifie et ce à quoi il renvoie.

Le mot dieu est un nom commun venu en droite ligne de l’univers mythologique de l’antiquité. Il dérive du dyaus sanscrit, du theos grec et du deus latin. Il qualifie les idoles les plus célèbres dont Zeus-Jupiter est le souverain incontestable.

Le terme « dieu », deus latin, provient en droite ligne d’une déclinaison en grec du mot Zeus: Δiος (Dios), qu’il s’agisse de la planète ou du maître de l’Olympe

Ce mot n’aurait jamais du servir à nommer une abstraction métaphysique suprême à l’origine de l’univers. Il en est une caricature pitoyable et sacrilège, et cela que l’on y croit ou non.

Pour aider à comprendre, voici un extrait du Cratyle de Platon sur ce thème

310pxsolarsys.jpg

De la rectitude des mots

Socrate : N’est-il pas juste, alors, de commencer par les Dieux, en considérant comment ils ont pu être appelés de ce nom de « dieux », théoï?

Hermogène : Hé ! naturellement.

Socrate : Eh bien ! voici en gros ce que, quant à moi, je suppose. A mes yeux, les hommes qui les premiers, ont vécu en Hellade n’ont connu d’autres dieux que ceux-là mêmes qui, maintenant, sont ceux des Barbares : Soleil, Lune, Terre, Astres, Ciel. Aussi, du fait qu’ils les voyaient tous s’élancer dans une course sans fin, théonta, ils sont partis de cette propriété-là, propriété de « courir », théïn, pour les dénommer « dieux » théoï ; prenant pour la suite connaissance de tous les autres dieux, ils les désignent dès lors de ce nom. Y a t-il à mon langage quelque air de vérité, ou bien pas du tout ?

Hermogène : Mais oui ! tout à fait l’air.

(traduction Léon Robin, Bibliothèque de La Pléiade, nrf 1950)

Il est affligeant de rencontrer ce mot inadapté dans des écrits, ou encore de l’entendre dans des conférences de supposés érudits, lorsqu’il est sensé traduire des concepts métaphysiques dont les auteurs du texte original ont scrupuleusement choisi les termes, porteurs dans leurs lettres d’informations et de significations symboliques.

Quelle image infantile évoque ce mot de nos jours ?

Celle d’un papy caractériel vautré sur un nuage, celle que les peintres de la Renaissance ont « immortalisée » (lol !) en ce qu’Einstein appelait « le Vieux ». A ce propos voici l’origine de la phrase « Dieu ne joue pas aux dés » attribuée au savant :

« La mécanique quantique force le respect. Mais une petite voix me dit que ce n’est pas encore avéré. La théorie rend compte de beaucoup de choses mais ne nous rapproche pas vraiment des secrets du Vieux. En tout cas, je suis convaincu que lui ne joue pas aux dés. »

(lettre à Max Born du 4/12/1926)

18537625498111118644211932660141856110051826223613n.jpg

Dans la tradition du judaïsme il est convenu de ne pas retranscrire ni prononcer les différents noms et qualificatifs attribués au principe suprême tel qu’ils sont écrits dans le texte. A l’origine cette précaution ne concernait que le Tétragramme par respect et crainte d’une destruction du document sur lequel les quatre lettres étaient mentionnées. Ensuite cette précaution a été étendue à d’autres mots.

Le comble du ridicule est atteint par de zélés et pieux traducteurs qui, déjà fautifs d’une erreur de transmission, écrivent D.ieu lorsqu’ils rencontrent une de ces abstractions verbales dans un texte.

Leur travail est souvent précieux et inestimable pour ceux qui n’ont pas accès à l’original, mais par pitié qu’ils arrêtent de se ridiculiser face à l’espace-temps éternel. Traduire le Tétragramme, ses abréviations et ses noms de substitution comme « le rocher » ou « le lieu » par un mot aussi galvaudé, c’est l’abaisser au niveau d’un Jupiter (exploits amoureux compris pour certains).

1763fesses.jpg

Voyons quels sont les termes intraduisibles du « TaNaKh » (Bible) que des traducteurs conditionnés par 2000 ans de crétinisme rendent par Dieu :

אל :

Al prononcé El, le nom le plus souvent traduit par Dieu par commodité.

Ce nom est composé des lettres aleph et lamed. Aleph, c’est le Un et lamed a le sens de transmission et d’enseignement.

Sa valeur numérique est 31.

31 est un nombre premier dont la valeur triangulaire est 496, nombre parfait.

496 est la valeur du mot מלכות, Malkhouth, le Royaume, nom de la dixième séphirah, symbole de la spiritualité dans la matière.

496 est le résultat numérique des équations résolues en 1984 par John Schwartz et Michael Green, résultat qui laisse espérer l’unification des quatre forces de la matière, théorie des cordes ou non.

imag0011.jpg

אלהים :

 Edouard Dhorme dans sa traduction publiée par la Bibliothèque de La Pléiade a respecté ce nom intraduisible dans le contexte du monothéisme puisqu’il s’agit d’un pluriel. C’est à ce principe qu’est attribué la création de l’homme « à notre image comme à notre ressemblance », c’est à dire mâle et femelle, peut-être une allusion à la force électromagnétique dans la formation de la matière…

La valeur de ce nom est 86, et 86 multiplié par 26 valeur des quatre lettres composant le Tétragramme, est égal à 2236, autant dire √5 en oubliant la virgule….

86 + 31 = 117

dodecaedre.jpg

אדני :

Adonaï, c’est le Kurios des Grecs et le Lord des anglophones, Ce sont les voyelles de ce nom qui placées sous les quatre lettres du Tétragramme ont donné naissance à l’inénarrable Jéhovah…

La valeur de ce nom est 65.

652 = 4225, et sa triangulaire est 2145.

4225 + 2145 = 6370, c’est à dire 637 x 10.

637 = 611 + 26.

31 + 86 + 65 = 182, valeur du nom YÂQoB, et 26 x 7.

שדי :

Shadaï, valeur 314… sans commentaire

314 + 86 = 400 valeur de ת, TaV, la dernière lettre de l’alphabet.

314 + 26 = 340, valeur du mot שם, SheM, nom. HaSheM, le Nom, est une expression de substitution du Tétragramme.

314 + 182 = 496

piuniverse.jpg

אהיה :

AheYeH, (Je serai et non je suis)

Valeur du mot : 21

212 = 441 ; triangulaire de 21 = 231

441 est la valeur du mot AMeTH, vérité

441 + 231 = 672, nombre tri-parfait.

21 + 26 + 31 + 65 = 143

En valeur pleine des lettres qui le composent, le motAheYeH égale :

111 + 6 + 20 + 6 = 143

143 comme 637 et 231 figurent dans les coefficients de polynômes indispensables en mécanique quantique.

אהיה אשר אהיה

Expression intraduisible citée en Exode 3 :14, rendue dans le meilleur des cas par « Je serai ce que je serai » et dans le pire par « je suis ce que je suis », a pour valeur totale :

21 + 501 + 21 = 543

31 + 86 + 65 + 314 + 21 + 26 = 543

La somme des quatre diviseurs de 543 (1+3+181+543) est égale à 728 (26×28)

5436, c’est la valeur du nombre 207 en base 6.

207 est la valeur du mot אור, lumière, mais surtout celle de אין סופ.

אין סופ : 61 + 146 = 207, Eyn Soph, c’est l’Inconnaissable absolu

A propos des nombres évoqués ci-dessus, voir:

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2009/05/12/les-nombres-et-leur-mystere/

 

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2009/05/13/mysteres-des-nombres-2

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2009/05/18/numeralogie/

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2009/11/18/nombres-et-mysteres-3/

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2009/11/04/le-nombre-42/

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2009/12/

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2010/04/18/231-portes/

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2011/05/26/le-nombre-sept/

 

http://akhsahcalebunblogfr.unblog.fr/2011/08/07/le-nombre-154/

http://akhsahcalebunblogfr.unblog.fr/2011/06/29/le-nombre-117/



1 commentaire

  1. animul 10 septembre

    je la ferai courte…très courte même…
    puisque vous êtes si ‘intelligent’, vous me démontrerez de la façon que vous voulez comment d’une opération mathématique telle l’addition ou la multiplication comment vous résolvez l’équation suivante:
    0+0 = ?
    0×0 = ?
    si a chaque opération le résultat est nul, comment arrivez vous à 1 ?
    dans la même démonstration, expliquez comment en partant d’un volume vide de tout à -273° et quelque soit le temps que vous voulez prendre, comment arrive-t-on a faire naitre quelque chose…
    …et de dire que tout ce que nous connaissons (et même ce que nous ne connaissons pas) est là depuis toujours, n’est pas accepté, sauf par démonstration qui tienne la route.
    je ne connais, personnellement, qu’une seule façon pour qu’une chose existe, c’est que quelqu’un l’ait inventé et mise a cette place…
    autant dire qu’on peut l’appeler D.ieu.

Laisser un commentaire

O'nyx, Evénementiel |
studentsohaib |
TV2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | JUVENIL WORLD
| Transparency Mali
| agboville le novateur d'Afr...