Yeshoua qui ?

Questions d’histoire

Par Neutrinos

La semaine passée, sur un site d’informations concernant le Moyen-orient, une dame se disant « Juive messianique » a cru bon trouver un espace publicitaire rêvé pour faire la promotion de sa secte, en prédisant le retour d’un certain Yeshoua (sic), et ce au milieu de commentaires sur un tout autre sujet.

J’aurais aimé riposter sur le champ (de bataille) mais des obligations m’en ont empêché. Lorsque je suis revenu sur le site, le modérateur avait sévi et la tentative de prosélytisme de la dame avait sombré sous une avalanche de « pouces rouges ». Je précise que cette personne a par la suite présenté des excuses, arguant qu’elle n’avait pas compris le règlement.

On peut se demander aussi, si elle avait bien compris de quoi elle parlait…

Voici en substance les questions que j’aurais aimé poser à cette missionnaire :

1) Lorsqu’elle évoque un certain Yeshoua qui doit revenir, s’agit-il du successeur de Mosheh (Moïse), du grand prêtre du retour de la captivité à Babylone, ou encore d’un individu ayant emprunté son nom et celui des personnages de son environnement familial aux deux précédents ?

Serait-ce d’après les apologistes au service de la secte, l’individu qui a réussi l’exploit d’être né deux fois à dix ans d’intervalle : une fois sous Hérode le Grand décédé avant l’an 749 de Rome, et une autre fois dix ans plus tard lors du recensement de Quirinius. De plus, le personnage né lors du recensement aurait eu un cousin, Jean, de six mois plus âgé que lui, mais né au temps du fameux roi Hérode, c’est à dire dix ans plus tôt, d’après le même chroniqueur, un certain Luc…

creche.jpg

(yapafoto.unblog.fr)

Pour corser l’affaire, le même Luc déclare que son héros, né lors du recensement, avait 30 ans l’an quinze du principat de Tibère, c’est à dire 23 ans plus tard. Il serait mort à l’âge de 33 ans, alors qu’un autre chroniqueur, Jean, prétend qu’il aurait frisé la cinquantaine lors de sa mort…

Question à un euro :

Comment concilier ces éléments biographiques contradictoires ?

Sur les imprécisions du dénommé Luc, voir aussi :

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2010/03/02/paulifolies/

Aberration génétique !

Ce personnage, né de père inconnu, se prétendait descendant du roi David. Pour remonter jusqu’à cet illustre ancêtre, ses biographes présentent deux généalogies différentes de son … père adoptif ; généalogies totalement inconciliables puisque l’une d’elle saute quatorze générations, soit trois à quatre siècles : une bagatelle ! Elles ne s’accordent même pas sur l’identité du grand-père, Jacob ou Hélie ?

Question :

Pourquoi donner la généalogie par les ascendants de l’artisan en charpentes, puisque celui-ci n’est pas le père ; et pourquoi tant de différences entre les deux chroniqueurs ?

(Matthieu 1, 1-16 et Luc 3, 23-28)

250pxkoeh265.jpg

Un peu d’humour

Le héros de l’aventure, éminent botaniste, prétend que le sénevé (moutarde) est un arbre. Il fait dessécher un figuier qui avait l’audace de ne pas donner de fruit hors saison ; étonnant de la part d’un personnage d’aussi haut lignage !

Voir: http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2010/01/07/moutarde-evangelique/

Plus fort, ce camelot de foire possède d’autres talents. Il réussit à faire s’envoler depuis une montagne, une escadrille de 2000 cochons, qui se jetèrent dans le lac Kinéreth situé, soit à 10, soit à 50 km du lieu de leur décollage, selon les différents chroniqueurs.

Voir: http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2010/06/21/histoires-de-cochons/

cochonaro.jpg

Chronologies inconciliables

C’est dans le récit de la mort du personnage que l’on rencontre les plus graves invraisemblances, anomalies et contradictions. L’hurluberlu dérangeait, paraît-il ; son sort est réglé en 24 heures, en pleine fête de la Pâque, par deux ou trois juridictions différentes.

La date : 14 ou 15 Nissan ?

Le Grand Prêtre : Anne ou Caïphe ?

« Les impossibilités juridiques sont encore plus graves. Il était illégal de faire siéger un tribunal de nuit pour un procès criminel, de même la veille d’une fête, à plus forte raison pendant la Pâque. » (Michel Gozard)

On nous raconte que le Grand Prêtre et tout le Sanhédrin violèrent les prescriptions de la nuit la plus sacrée, tout comme le triste héros de l’affaire et ses copains, qui allèrent prendre le frais dans un jardin municipal.

25983101157546587267100000790666874286712461704n.jpg

Relevée dans l’ouvrage de Michel Gozard: Jésus ? Une histoire qui ne peut pas être de l’histoire, cette belle invraisemblance:


En voici une seule de belle taille. Matthieu (27, 62-66) nous raconte ceci: pour ne pas que les disciples dérobent le corps de Jésus afin de faire croire à sa résurrection, des grands prêtres et des pharisiens seraient allés voir Pilate pour réclamer une garde auprès du tombeau. Quand cela se passe-t-il ? “le lendemain, qui était le jour après la Préparation”, c’est à dire le jour du sabbat! A qui fera-t-on croire que ce jour-là (où il ne faut se livrer à aucune activité profane), des grands prêtres (censés être au Temple à ce moment-là) et des pharisiens (gens obsédés par les interdits rituels) ont pu s’assembler chez Pilate (alors que la fréquentation des non-Juifs est à éviter), se rendre ensuite avec des gardes romains auprès d’un tombeau (lieu d’un haut degré d’impureté) pour y mettre des scellés ? Et ça après avoir vérifié la présence du corps et son identité, sinon toute l’opération est inutile. En faisant violer le sabbat par des autorités religieuses le rédacteur a oublié le bon sens le plus élémentaire et, avec lui, des générations de lecteurs, car peu de monde a relevé la consternante naïveté de cet épisode.

 Voir à ce propos : http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2010/03/31/de-paque-a-paques/

Alors que de questions restées sans réponses, si ce n’est des insultes, des anathèmes ou des arguments mielleux.

On espère aussi des réponses de la part des chantres du dialogue inter-religieux, face à 1600 ans de persécutions pour une fiction. Elle a été chère payée la négligence des responsables de jadis qui ont laissé courir le canard sans élever de protestations alors qu’ils savaient. Elle est retombée en pluie de sang sur des millions de victimes.

On attend les « autorités » concernées qui auront le courage de monter à la tribune médiatique pour dénoncer une imposture sur laquelle, par laquelle, et grâce à laquelle, une autre s’est édifiée. C’est ce nettoyage-là qui libèrera l’humanité d’un cercle  infernal de terreur.

Deux chancres se sont greffés sur un même tronc, les propriétaires de l’arbre ont le pouvoir de les éliminer car ils disposent de tous les éléments pour le faire à condition qu’ils le veuillent, et qu’ils osent.

 

Bibliographie :

51giokjb0lss500.jpg

Nicolas Bourgeois, Une invention nommée Jésus, éditions Aden 2008

http://www.uneinventionnommeejesus.fr/index.php?

1084r.jpg

Michel Gozard, Jésus, une histoire qui ne peut pas être de l’histoire, Publibook 2003

http://www.publibook.com/boutique2006/auteur.php?auteur=3423

Voir aussi :

http://www.bible.chez-alice.fr/h02.htm

 



2 commentaires

  1. R. R. 28 mars

    J’ai partagé cet article sur facebook. Il a fait l’objet de commentaires que je reproduis ci-dessous. Les noms des personnes sont remplacés par A et B.

    A dit :
    Envois-le à Gilles Bernheim, il se rend responsable de la diffusion d’un mensonge sanguinaire qui a assez duré. Le mensonge s’essouffle de lui même et le rabbin lui fait du bouche à bouche?

    B déclare :
    Ils nous gavent ces faux prophètes qui osent s’appeler « Juifs messianiques »…Une honte…!

    A :
    Ceux là n’ont de juifs que le nom, ce sont des ctiens dissimulés, des sectes apocalyptiques qui dépensent des millions pour convertir les Juifs et comme des imbéciles, pour ne pas avoir l’air « intolérants » nous leur ouvrons la porte alors que ce sont des fanatiques. Quant à Bernheim, qui sert la soupe aux papistes en débitant leurs clichés, en disant que ce personnage de fiction c’était un juif bien que des nombreux passages montrent que les auteurs du pastiche ne connaissaient pas la Torah, voilà qui est d’une complaisance honteuse.

    Le pire c’est le mantra « ils sont nos alliés », ce qui est d’un simplisme débile. Ils tirent profit du conflit qui nous oppose aux musulmans pour nous montrer une façade sympa et s’infiltrer chez-nous point barre. Ils nous aiment autant que le chat aime le lait et avec les mêmes intentions.

    R.R.
    C’est désespérant.
    Les auteurs du pastiche se sont servis de la septante, version déjà biaisée de l’original (intraduisible), dont ils ont en plus détourné le sens

    B:
    Voilà pourquoi…R, il n’est pas possible de se laisser conter que ce sont les Juifs qui auraient crucifié Jésus…C’est clair sur ce blog, en plein Pessa’h le Sanhédrin ne pouvait se réunir, ni participer à son ensevelissement…En plus dans une grotte ? c’est cacher ça ? Il y en a des questions à poser ? Ces chrétiens osent nous dire ce qui est arrivé…Saül s’est bien vengé et comme juif, à fait le mal tel ces « bons alterjuifs actuels »…!

    RR
    Que des « autorités » cautionnent ce mensonge et collaborent, c’est suicidaire. La seule attitude acceptable, pour ne pas rajouter de l’huile sur le feu, serait l’indifférence « courtoise »…

    A :
    Bien sur B! Cette cruci- fiction est un contresens total! Il y a des trous de partout! Maintenant, de plus en plus ils voudraient faire croire que l’original n’est pas grec mais araméen! Il faut qu’ils arrivent n’importe comment à judaïser un mythe grec qui ne tient pas la route! Et qu’un « grand rabbin » se prête à cette farce me met en boule! Où il va çuilà? il est le rav des muzz, des xtiens, il se rappelle parfois des juifs aussi?

    B :
    C’est la contamination des bien-pensants, de la diplomatie…Elle rend sourd et aveugle quelque soit la bonne foi du départ…
    « IL FAUT MENAGER… »…Moi je ne supporte plus cette langue de bois…!

    A :
    Ils mentionnent une ville, Nazareth, qui n’est mentionnée nulle part à l’époque, elle ne le fut que trois siècles plus tard, ceci est une des preuves que les textes sont plus tardifs.

    B :
    Eh OUI…Lorsque l’histoire et l’archéologie s’en mêlent et fichent par terre des textes…! ça n’a pas l’air de gêner Rome et ses Pompes, ni leurs branches sectaires !

    RR
    Il faudrait encore que les fameux apôtres aient existé eux aussi. Il y a eu une secte très « Erev rav » qui a sévi depuis l’époque d’Alexandre Jannée… Ce sont les écrits de cette secte qui ont été ensuite récupérés et balancés dans l’empire romain, car les Juifs ne les acceptaient pas

    A :
    Ils n’ont pas fait que parler, ils ont aussi beaucoup tué.

    RR
    Pour faire disparaître tous ceux susceptibles un jour de clamer la vérité.
    Curieusement, maintenant qu’ils le pourraient, ceux qui savent semblent frappés de mutisme.

  2. Romain Riboldi 24 novembre

    Merci de tout cet éclairage spirituel ^^… Le Monde a besoin de ta lumière ^^ !

Laisser un commentaire

O'nyx, Evénementiel |
studentsohaib |
TV2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | JUVENIL WORLD
| Transparency Mali
| agboville le novateur d'Afr...