Prière pour la guerre

Echange de Président

Vendredi 13 juin 2014, l’ancien Grand Rabbin de France a salué sur son profil Facebook l’élection de Reuvin Rivlin à la présidence de l’état d’Israël. Par la même occasion, il a rendu hommage à son prédécesseur, Monsieur Shimon Péres…

Je précise que le profil de Monsieur Gilles Bernheim est public et que son propriétaire accepte les abonnés

Reuven Rivlin

« Reuven Revlin, 10e président de l’Etat d’Israël 
J’adresse toutes mes félicitations et un grand Mazal Tov à Monsieur Reuven Rivlin qui vient d’être élu il y a quelques jours 10ème Président de l’Etat d’Israël.
Je souhaite également rendre hommage à Monsieur Shimon Peres pour toute son action depuis tant d’années et qui a si dignement représenté Israël à travers le monde. » GB

Shimon-Peres.-1

Voici un florilège de commentaires que ce statut a généré. Afin de respecter la confidentialité leurs auteurs seront désignés par leurs initiales. J’ai volontairement évité de reproduire les commentaires trop politiquement marqués. C’est une amie qui a ouvert le feu.

R.R : Malheureusement, Monsieur SP na pas été des plus dignes récemment: un pèlerinage idolâtre, en mauvaise compagnie, de trop…

F-E. S : comment le monde aurait pris ce refus? ne pas dire « on s’en fout de ce que pensent les autres » ce n’était que du cinéma de toute façon

 

Flo : Un digne représentant du peuple juif n’a pas besoin de faire semblant d’aller prier au Vatican, surtout que personne ne l’a jamais vu prier à la synagogue ici en Israel. Beaucoup de personnages publics savent bien jouer le rôle de « dignes représentants » qui séduit tellement de monde. Dès que l’on regarde d’un peu plus près et que l’on s’informe un peu mieux on constate que la soi disant dignité n’est qu’une pose qui rapporte pas mal de bénéfices en cachant bien des choses inavouables. Et comme Peres il y en a d’autres. Pas grave, leurs groupies seront toujours là pour les rassurer.

J.M : Etre Président est rôle que l’on endosse. Il est souvent lourd à porter surtout quand il s’agit de présider un Etat comme Israël. Il facile de critiquer assise dans son fauteuil Flo… Je vous trouve bien radicale. Oui il faut souvent faire bonne figure tout en gardant l’oeil ouvert et le doigt sur le détonateur. Rien de mal à accompagner le pape..C’est de la politique et de la diplomatie. S’il ne va pas à la synagogue c’est son problème et c’est personnel. Israël est une démocratie non ? Certains mouvements religieux en Israël nous font plus de mal.

Flo : Les actions publiques des « dignes représentants » d’une nation ne regardent qu’eux mêmes? Ah bon? Ais-je besoin de vous rappeler la position politique de l’église, ses dettes impayées et les lieux saints de Jérusalem dont elle exige la souveraineté? Sur les « prières œcuméniques » sur un site d’idolâtrie je suppose que le Grand Rabbin de France pourrait nous éclairer. En tout cas, pour revenir à Peres, je ne parlerais pas des « korbanot hashalom » des accords d’Oslo ni des douze millions de shekel qui a couté sa petite fête d’anniversaire, mais vous estimez que ceci est digne?

J.M. :  Non je n’estime pas que cela soit normal mais cela n’a rien a voir avec sa dignité. L’Eglise est ce qu’elle est et recevoir le Pape dignement est normal quand on est Président. Je ne suis pas d’accord non plus avec les lieux saints qui sont actuellement en transaction avec l’Eglise mais c’est plutôt le gouvernement de Bibi qui en est responsable et non Peres.

R.R. : Flo a raison car le pseudo état du Vatican a été crée en 1929 par Mussolini sur les ruines des états pontificaux, eux-mêmes résultat de la célèbre magouille du VIIIe siècle: la fausse donation de Constantin. Donc le personnage reçu en grande pompe récemment n’a aucune légitimité, ni temporelle et encore moins spirituelle. Ce n’était pas la peine d’aller lui faire du lèche mule en aussi déplorable compagnie…. Je doute fort de l’efficacité de prières adressées au « Ciel » dans des conditions aussi exécrables

J.M. : Et bien Flo… faites entendre votre voix ! La critique est utile mais elle est trop facile… Pour votre information, je sais aussi bien que vous ce qu’a fait l’Eglise et toute l’hypocrisie dont elle est faite. Recevoir le Pape comme il l’a fait est une forme de respect et le contraire aurait eu une image catastrophique aux yeux de l’opinion publique…Ce n’est pas faire du lèche c……Je répète c’est de la diplomatie. Je suis totalement contre les négociations en cours concernant le tombeau de David. Que les Israéliens fassent valoir leurs droits. Shimon Peres a beaucoup de choses à son actif et c’est un homme d’Etat tout a fait digne et respectable. Faire preuve d’intelligence, de courtoisie et de respect envers le Pape ne fait pas de lui en hypocrite.

M. S. : L’ACTION DU LOOSER? Peres,le puddle de Mahmoud abbas,ou bien de arafat ? que le nom de prince du erev rav ,soit effacé, que sa mémoire soit source de malédiction, qu’il brule en enfer, jusqu’après l’éternité ,avec tous les ennemis d’Israël

J.M. :  Pardonnez moi M… mais je n’ai rien compris à votre post ! Et faites attention aux malédictions..On dit qu’elles se retournent souvent contre l’envoyeur…

 M.S. : C’est lui qui a fourni aux Américains les preuves que notre frère Yonathan Pollard avait passé des documents à Israël, lui qui a forcé Rabin à signer les accord d’Oslo, responsables de tant de massacres, de familles décimées, d’enfants qui grandissent sans père, sans mère, sans frère, sans soeur.:

R.R. :  Les malédictions contre Amaleq retombent en bénédictions sur ceux qui les ont proférées

Flo : Ne pas être d’accord avec Oslo vous dites? On partage plutôt le deuil des familles qui ont perdu des enfants à cause de cette infamie, on souffre à cause des 28 ans de prison de notre frère Jonathan, on était désolé avec la famille du hayal boded que le fils de Peres Yoni a tué sans que l’on ai jamais su pourquoi car le papa a brouillé les pistes et l’a envoyé aux USA    

 J.M. :   M.S. croyez bien que j’en suis désolée…Mais que ce soit Peres ou un autre n’aurait rien changé…Que l’âme de votre neveu soit bénie. Et Raymonde, Peres et son gouvernement sont bien plus au fait de la problématique du pays que vous ne pourrez jamais l’être. Il faut être bien suffisant pour penser le contraire

J.E.B. :    et son centre pour la paix….des millions de dollars dans sa poche et celles des gauchos ,et de ses potes les arabes… Savez- vous qui a des actions dans la compagnie pseudo-palestinienne de télécommunications ? Ouais….Perez….dit qui était le principal actionnaire de cette compagnie appelée « paltec »= palestinian telecommunication…vous ne savez pas ? : le groupe boursier de la famille de Bin Laden…..eh oui….ca fait de l’ex président d’Israël le partenaire direct des ennemis de notre pays…ceux qui veulent nous éliminer…ca s’appelait comment déjà….ah oui…kapo…collaborateur…Pour son image de marque il a fait une dernière fois le clown a Rome…ceux qui ont détruit le Temple et volé tous les kelim…Il aurait fait un acte de bravoure en demandant la restitution de nos biens….là peut être on lui aurait pardonné toutes les autres actions anti israéliennes…Je lui souhaite de vivre jusqu’a 120ans pour être témoin de la reconstruction du Temple, pour être témoin de la chute de ses alliés, nos ennemis, et pour voir enfin la vérité sur le « meurtre » de Rabin

 

R.R. : J…: ce sont les déguisés à dorures, ces guignols et ces polichinelles vautrés depuis 17 siècles dans le mensonge que je combats. Je regrette simplement que par « diplomatie » mal comprise, des gens de valeur tombent dans leurs pièges, au lieu de les renvoyer à leurs idoles

 Flo : On voit la différence entre les israéliens enracinés dans leur terre et les français qui la survolent. Les israéliens font face à la réalité juive sur le terrain, combattent les ennemis, écrivent l’Histoire Juive et construisent leur pays. Les français qui rasent les murs et n’osent même pas porter la kipa ni la maguene David dans la rue vivent dans le déni voire le délire le plus total. Nous avons aussi en Israel ceux qui conservent dans leurs semelles la poussière de la galout. Tout ce qui porte la toge de l’autorité, fut-ce un imposteur et probablement surtout si s’en est un, leur fait perdre tout esprit critique. Ils ont le culot de donner des leçons aux juifs israéliens sur une réalité qu’ils n’ont pas le courage d’affronter tout en s’imaginant qu’ils leur sont indispensables. Désolée pour tous les juifs de cours assimilés, désolée pour tous les démagogues qui font leur fond de commerce en disant ce que certains veulent entendre. Si la diaspora française et ses faux grands rabbins venait  à disparaître, ce que je ne vous souhaite pas, le destin d’Israël resterait inchangé. Par contre, sans Israël pour vous offrir une porte de sortie au cas où mais surtout pour vous habiller gratuitement d’un semblant de dignité nationale qui vous manque, franchement vous seriez mal. Je peux comprendre qu’une communauté déstructurée qui n’a aucun leader spirituel digne de ce nom, aucune structure politique respectable, vive dans ses rêves et fasse feu de tout bois pour pouvoir fonctionner. Mais de là à estimer que les costards Armani, les airs empruntés et surtout l’esprit galoutique qui fait courir certains juifs de cour derrière les oripeaux du Vatican- verus Israel vous suffirait à investir quiconque d’une fine couche de dignité pour dissimuler le reste…..Disons que là ‘il y a tout de même une petite distance que je ne vous conseillerais pas de franchir, bien que le ridicule ne tue pas

 

M.A. :   Peres a fait de grandes choses pour Israël voici très très longtemps … Pour beaucoup de Français en 1940, Pétain était le sauveur de son pays en 1914. On peut en citer beaucoup de ces « grands » hommes qui ont dérapé lorsque leurs responsabilités sont devenues trop lourdes pour eux. Péres n’a pas respecté les devoirs du Président de notre état et s’est vanté, lui un des partisans des calamiteux accords d’Oslo, d’avoir continué à négocier en secret avec les terroristes cravatés qui nous entourent. Qu’il profite de sa retraite et SE TAISE ! Péres a représenté Israël pour la plus grande satisfaction des Nations parce qu’il est d’accord avec eux : Israël doit TOUT donner à nos ennemis, Israël doit accepter les pressions d’Hussein Obama, Israël doit céder aux revendications du Vatican, bref Israël doit être le Juif des Nations ! Quant à Rivlin, le fait d’être membre du Likoud n’est plus aujourd’hui la preuve qu’il possède l’idéal sioniste des fondateurs de l’état et j’espère qu’il n’aura pas la tête qui enfle démesurément et n’oubliera pas qu’il est le nouveau Président d’Israël uniquement. Shabbat Shalom !

Flo : M.A.,  tu demandes à Peres la chose la plus difficile pour un narcisse, se taire. Je souhaiterais que tes désirs se réalisent pour notre plus grand bonheur mais je ne me fais la moindre illusion. S’il venait à le faire sa cohorte d’admirateurs le ferait aussi, et être en manque d’applaudissements est pour lui comme pour tous les autres de son genre absolument insupportable.

 B.L. :   Ceci dit , la haine que peuvent exprimer certains et certaines me laisse effaré .L’église romaine a commis les pires crimes et véhiculé un anti-judaïsme virulent mais il ne sert à rien de ressasser des rancoeurs du passé et de leur répondre par une haine contemporaine. La théologie nouvelle ,à la lecture des fameux Manuscrits , enracine de plus en plus le premier « christianisme » (le mot n’apparaîtra que plus tard) dans la pensée juive de l’époque et toute polémique à propos de Saül/ Paul et des évangélistes est parfaitement vaine.

Les commentateurs catholiques ont même pris la peine de remplacer « juifs » par « judéens  » dans les polémiques du 4ème évangile rédigé à l’époque où les controverses entre rabbins et hérétiques nazaréistes faisaient rage et où on s’insultait autant que sur FB aujourd’hui .

 

R. R. :   Monsieur B. L: Il ne s’agit pas de haine gratuite ni de rancoeur à ressasser; il s’agit de faits historiques incontestables. Je pense à l’état fantoche du vatican édifié par un régime fasciste sur les dépouilles des états pontificaux, fondés sur le célèbre faux dit   »donation de Constantin ».
En ce qui concerne les textes évangéliques eux-mêmes, le nombre d’anachronismes, de contradictions, d’erreurs factuelles « au verset carré » les discrédite et montre ce qu’ils sont: un ramassis d’élucubrations et de mensonges que je refuse de voir enraciné dans la pensée juive. Un simple exemple, risible à pleurer: le héros qui va se balader avec ses copains la nuit du Seder.
Une imposture reste une imposture et doit être dénoncée comme telle. Si elle s’effondre, la suivante ne tardera pas à la suivre au fond du gouffre…

 

·         B.L. :  Le buisson ardent ,ma manne, la traversée à pied de la Mer Rouge et le pseudo-massacre des Cananéens par Josué relèvent eux aussi du symbolisme religieux qui ignore l’Histoire des historiens ;

Sans parler du somptueux Temple de Salomon (petit roitelet de tribus sémitiques) que nul n’a jamais vu et ne verra jamais puisqu’il n’existe que dans le TaNaKh

Quant au Serviteur Souffrant d’Isaïe pourquoi n- irait -il pas respirer un peu avec ses amis avant de jouer le double rôle de sacrifiant et de sacrifié ,de Grand Prêtre et de victime offerte en holocauste pour les pêchés de son peuple ? Un Psaume avait déjà tout prévu. Prenons un peu de recul et de hauteur face à tous ces textes

C’est le psaume 22 attribué à (cette petite fripouille de) David par des rédacteurs ultérieurs

Sublimes rédacteurs atemporels des Tehilim !!

 

Tout le christianisme primitif est déjà dans le judaïsme post-exil .Les rabbins feront leurs Talmuds ,les chrétiens leur christologie sur la même base ….et avec des conclusions opposées.

 

 

Flo :  B. L., une chose est le symbolisme religieux et une autre très différente c’est vendre des vessies pour des lanternes afin d’unifier idéologiquement un empire et persécuter et massacrer des peuples avec. Loin de moi l’idée de défendre l’historicité des récits de la Torah dont l’essentiel ne se trouve pas là mais dans les enseignements qui doit tirer le peuple juif. Ils n’ont jamais été un moyen de conquête des âmes à imposer à des colonies de l’empire romain ni d’aucun autre. A ce que je le sache les juifs n’ont jamais imposé aux autres peuples leurs textes fondateurs en prétendant non seulement qu’il s’agirait d’Histoire mais qui plus est, de LEUR Histoire. Actuellement, devant les découvertes des chercheurs en Histoire, sans savoir quoi inventer pour donner un peu de consistance à leur mythologie romaine, la religion romaine voudrait « enraciner » ses textes grecques dans notre Histoire. Manque de pot, tout le monde ne les suit pas, il y en a qui savent se poser des vrais questions, qui exigent de preuves avant d’admettre les yeux fermés que certains personnages aient vraiment existé comme ils le prétendent, qui comparent des faits et des dates et qui mettent en lumière les nombreux mensonges avec lesquels la religion officielle de l’empire romain a aliéné la civilisation occidentale durant 17 siècles.

 

 

 B.L. : Je vous parle du christianisme primitif et non de l’idéologie mise en place par les évêques pour Constantin et son Empire.

 

Flo : si vous me prouvez historiquement cette baliverne du « christianisme primitif » je vous paye l’apéritif.

En dehors des auteurs apologétiques il n’y a la moindre source, le moindre historien qui en parle, à part les ajouts tardifs qui se sont tous avérés des faux

 

B.L. :  Pas grave !! quelques  juifs hurluberlus se sont mis à délirer !

 

 Flo : Jje préfère le délire des hurluberlus à celui des armées fascistes

 

B.L. :  Pourquoi  parler de faits qui ne concernent que des juifs hellénisés et ne mettent pas en cause la stabilité de l’Empire ?!

 

 

R.R. : B. : Je n’ai lu nulle part dans la Thorah le cas d’un individu né 2 fois à 10 ans d’intervalle avec des origines familiales différentes… Cela étant, j’ai la version en grec de l’évangile dit de Jean, et le texte (voir le chapitre V, révélateur) mentionne des « Juifs » (Ioudaios, Ioudaion, Ioudaioi, Ioudaiois) pas des « Judéens »……

 

Flo : Une phrase attribuée à Lincoln : On peut tromper une personne tout le temps. On peut tromper tout le monde un certain temps. On ne peut pas tromper tout le monde tout le temps. Les impostures, les idées reçues et les mensonges à la Goebbels répétées mille fois peuvent vivre longtemps mais pas éternellement. Les imposteurs devraient se le dire.

 

 

 R.R. :Juste une remarque: quelles sont vos références sur ce que vous appelez le christianisme primitif; merci, ça m’intéresse

 

B.L. : Prenez la nouvelle traduction qui dans un souci d’éclaircissement pour les lecteurs modernes,distingue juifs et judéens .

Le cours de Simon Claude Mimouni sur les chrétiens d’origine juive dans l’Antiquité pourrait vous intéresser .Les exégètes modernes veulent sortir de ces ambiguïtés qui ont causé tant de malheurs au cours des siècles .

 

R.R. : Je n’ai que faire des traductions biaisées et adaptées aux circonstances. Si vous lisez ce genre de textes en traduction, je comprends mieux vos arguments…. Le texte grec écrit Juif, on le retrouve dans tous les textes des auteurs de l’époque concernée avec ce sens, pourquoi le traduire judéen dans l’évangile dit de Jean, et pas dans Plutarque; pour le politiquement correct ?

 

B.L. : Les écritures chrétiennes ont été mises entre les mains de gens qui ignoraient tout du contexte dans lequel elles ont été écrites et qui cherchaient des boucs émissaires pour les malheurs du temps ,famines ,épidémies et autres calamités naturelles

 

R.R. : Donc le moment est venu de passer le karcher!

 

B.L. :  Quand Jean dénonce les juifs ,il dénonce son propre peuple ,ceux de son peuple qui ne veulent pas le croire .Je connais la Septante et les autres écritures grecques .C’est (ce fut )un travail de thèse .

 Ieshoua ,lui ,aurait déclaré « Le salut vient des juifs « à une brave Samaritaine ,une femme de ce groupe viré par sectarisme du judaïsme orthodoxe à l’époque d’Esdras.

 Attention !Votre karcher risque d’emporter Abraham ,les douze tribus et tout le saint frusquin….

 

R.R. : Pas de Ieshoua en grec mais Iesos…. Ieshoua, connais pas, encore une interprétation de circonstance….
Il n’a pas dit « le salut vient des Judéens »; bizarre pour un visionnaire

 

B.L. : Les premiers témoins n’ont jamais pensé que le Galiléen était d’essence divine …et on trouve des groupes judéo-chrétiens qui refusent l’idée de divinité jusqu’au Vème siècle .

 Jacques n’a jamais pu accepter l’idée que son frère soit d’essence divine !!

 

R.R. : Pour Abraham, le sinistre « Shéol » a essayé de s’en occuper, en vain… Le karcher ne peut balayer que les traductions débiles; certains niveaux d’interprétations ne peuvent être perturbés par aucun karcher; et c’est bien ça qui rend les bâtards hargneux

 

B.L. : Les bâtards ?manzerim ? La bâtardise est une notion raciste, ignoblement raciste

 

 Une notion abjecte que nous avons fuie en quittant les shtetlem

 C’est sans doute cela qui a induit d’autres hurluberlus à déclarer que les nazis étaient imprégnés de ce judaïsme tribal et archaïque qu’ils s’imaginaient détruire par haine d’eux-mêmes .Moi ,je n’en crois pas un mot .

 

Flo :  Et oui, fallait s’y attendre, on touche à la crédibilité et à l’historicité de sa foi donc il faut agresser   »le sectarisme orthodoxe » et il menace d’entrainer le judaisme si on remet sa mythologie à sa place, c’est à dire en dehors de l’Histoire. Vieille technique défensive qui a fait son temps. Il n’a pas encore compris qu’on n’a que faire de ses menaces ni de ses coups d’épingle. Les juifs que vous espionnez de près ne carburent pas du tout de la même manière que vous, à part peut être le rabbin dont vous êtes sur la page et sa cour d’admirateurs. On n’a que faire de vos personnages de fiction et on s’en fou royalement de ce que vos personnages à la recherche d’auteur auraient « déclaré » ou pas. Vous n’avez qu’à vous servir du karcher de R.R. et à essayer de nettoyer les 12 tribus et le reste. On vous attend. Nous n’avons pas froid aux yeux. Savez-vous pourquoi? Parce que si la Torah est vraie votre foi est fausse, mais si la Torah est fausse votre foi n’a la moindre raison d’être.

 

 

B.L. :  Ma foi ,c’est celle de Bundistes devenus (à tort)  bolcheviques et qui effectivement n’ont plus à se mêler de vos bigoteries fossilisées

 

Flo : Et ben, il devient agressif le M’sieur. Bizarre pour un érudit mais bon, de nos jours plus rien ne me surprend. 

 

R.R.  Qu’est-ce qui vous autorise à me taxer de bigoterie… je ne me réfère qu’à l’histoire et à l’étude de textes de l’antiquité, là où vous nous balancez des arguments d’autorité. Puisque vous avez fait une thèse de doctorat sur la question vous devriez pourtant pouvoir nous fournir des références incontestables sur l’existence de tous ces personnages que vous citez….

 B.L. : Encore une fois vous confondez l’Histoire et les Ecritures religieuses .On peut mettre en doute l’existence d’Abraham ,d’Isaac ,de Jacob ,de Joseph de Moïse ,de Josué dont je remarque que le prénom a été repris pour un autre homme censé conduire vers une nouvelle terre promise ,bref de tous les personnages des deux grand scenarii que même à Hollywood on n’aurait pu imaginer …mais qui servent de base culturelle à l’Occident dont Israël est devenu partie intégrante…et pas seulement pour les dollars US .Peu importent donc les acteurs, les pièces se sont taillées un beau succès .Ne fouillons pas trop dans les coulisses car les placards y sont remplis de cadavres .Et que la fête continue !! Aujourd’hui Gay-Pride à Tel-Aviv !!

 

R.R. : Je ne confonds pas, je n’ai jamais considéré les textes en question sous d’autres aspects que ceux de l’histoire et de la littérature, puisque c’est ainsi que leurs propagandistes ont voulu les présenter. Je me contrefiche de leur aspect religieux qui a ensanglanté la civilisation depuis 17 siècles. Quand à celui que vous appelez Josué par effet de traduction, il a déjà eu un premier clone dans le grd prêtre du retour de Babylone avant d’être récupéré par des plagiaires en mal d’inspiration, avec plusieurs membres de son entourage d’ailleurs. Ce dernier aurait aussi pu être appelé « Elysha » (ben Abouya, pour être complet).

 Et, Please, vos références ?

 

Flo : Ne fouillons pas trop dans les placards? Au contraire! Fouillons sans relâche! Fouillez sans peur ou sans lâcheté si ce n’est pas trop vous demander, mais faites-le en dissimulant un peu mieux la bile qui déborde de votre bouche. Et si possible avec un petit peu, rien qu’un petit peu d’originalité car vos développement ne sont que des vieux de la vieille. Tous les vieux clichés répandus par l’église y sont.

 Allez, on fait un petit tour! N’essayez plus de contrer les preuves de fabrication frauduleuse en retoquant « mais toi aussi alors » comme dans une cours de récré et sans apporter la moindre preuve. Cessez d’essayer de vous cacher en faisant des insinuations qui ramènent aux vieux clichés du juif usurier en mentionnant les dollars US car vous vous mettez trop en évidence. Ralentissez un peu sur les vieux clichés du juif libidineux pour occulter votre manque d’arguments derrière la gay pride. Et pour conclure n’essayez pas de nous ‘effrayer en racontant que les placards seraient remplis des cadavres car c’est précisément de ça qu’il s’agit. On est bien d’accord, il y a beaucoup mais vraiment beaucoup de cadavres dans les placards que certains croyaient fermés à double, que dis-je!  à multiples clés!  Encore faudrait-il avoir le courage de les regarder en face avec les yeux grand ouverts sans chercher désespérément d’attraper un petit bout de cache-misère dans la poche des autres.

 

B.L. : Les jeunes gays ou lesbiennes ne sont nullement libidineux Ce qui est obscène , c’est le sectarisme qui se justifie en criant qu’on le persécute depuis la nuit des temps

.Quant à l’anticléricalisme qui pourrait être sympathique dans d’autres bouches, il pue quand il vient « d’élus  » qui croient avoir tout compris et affichent une morgue tranquille. Pour ce qui est des cadavres, rassurons nous, il ne s’agit nullement de ceux du peuple cananéen dont on sait maintenant qu’il constitue l’essentiel du peuple juif …mais dont la très biblique extermination a servi de modèle pour les pires entreprises  colonialistes .

 

Flo : Et voilà des paroles tout droit issues de la « religion de l’amour » avec laquelle certains intervenants de ce mur, tout comme le titulaire, « dialoguent ». Vous êtes dans le bon mur.

 

R.R. : B.L.: ne confondez pas le rejet des mensonges et la lutte contre les imposteurs avec de l’anticléricalisme, même si dans le cas qui nous occupe présentement clergé et charlatans se confondent. Je n’ai pas bien compris les allusions à la gay-pride, quel rapport ?

 

V.A.O. : L’anticléricalisme n’est pas le combat des élus que nous sommes…  Nous nous foutons éperdument de qui dirige la secte chrétienne. A la limite, notre combat consiste à lutter contre les menteurs, les imposteurs et les voleurs. Et si par l’absence totale de hasard, ces menteurs, imposteurs et voleurs se confondent avec votre clergé, comme le dit R.R., ce n’est pas notre faute.

 

Sinon pour reprendre vos propos cher Monsieur, libidineux ne veut pas dire obscène mais qui a une tendance particulière pour les plaisirs de la chair, qui le manifeste ce qui est précisément le cas, sans jugement aucun exprimé ici (je me le garde) de ceux qui participent à la gay pride.

 

Flo : Pendant que certains rabbins et certains politiciens continuent bruyamment à faire l’amour humaniste avec la pire racaille des imposteurs et à courir derrière les honneurs, l’Histoire continue comme à son habitude. Trois familles attendent le retour de leurs enfants et nos jeunes sont mobilisés. La nausée aussi est toujours la même devant autant d’élégante hypocrisie humaniste. 70 facettes à la collaboration.

v2300964

 

Complices!

Conclusion

En conclusion, et pour en revenir au sujet du statut présenté par monsieur le rabbin sur son profil, disons que Monsieur le président Peres n’avait pas à aller jouer les carpettes aux pieds du dirigeant d’un état mafieux, état fondé sur une montagne de mensonges accumulés… Et inspirée par Flo, j’ajouterais « si la Torah est vraie, il s’agit peut-être d’un programme informatique haut de gamme qu’il serait prudent de ne pas trop chahuté.

 

Dernière minute

Une info qui conforte cette optique est tombée sur le net, en voici le lien :

 

http://medias-presse.info/limam-a-prie-dans-les-jardins-du-vatican-pour-la-victoire-sur-les-infideles-le-vatican-retire-les-invocations-de-la-priere-interreligieuse-du-8-juin/11265

 

Pour les commentaires rendez-vous sur ma page Facebook

 

https://www.facebook.com/caleb.akhsah?ref_type=bookmark

 



Pour des clous

Une histoire à devenir marteau

Par Akhsah Caleb

Dans son ouvrage  Contradictions et invraisemblances dans la Bible , Gerald Messadié apporte des précisions sur « La fiction du cloutage des mains et des pieds », extraits :

Une tradition désormais enracinée dans les esprits représente Jésus fixé à la croix par des clous dans les mains et les pieds superposés ; elle a établi le modèle de la totalité des crucifix de piété dans le monde. Or, c’est une fiction.

Elle avait déjà été réfutée au XXe siècle par des anatomistes pour une raison simple : il aurait été impossible de soumettre les tissus de la main au poids d’un corps entier. Ils se seraient rapidement déchirés, entraînant la chute du corps et l’échec de la sentence. Ces anatomistes suggèrent alors que la thèse du cloutage n’était soutenable que si les clous avaient été enfoncés aux poignets, explication à laquelle nous avions souscrit jusqu’à la découverte du fait que les premières mentions du cloutage étaient tardives et ne reposaient sur aucun document historique.

Le cloutage des pieds posait cependant un problème plus ardu : pour fixer les pieds l’un sur l’autre, comme le présente l’iconographie traditionnelle, il eût fallu des clous de grande longueur et donc d’un tel diamètre qu’ils auraient déchiqueté les os et tous les tissus des pieds. Ils auraient ainsi infirmé la pratique, attestée historiquement, du cassage des tibias – destiné à abréger les vies des condamnés qui se soutenaient jusqu’alors sur l’appui à la base de la croix. Si les pieds étaient déjà fracassés, le crucifié ne pouvait plus s’appuyer dessus et le cassage des tibias s’avérait d’emblée inutile, le condamné s’étant déjà effondré. Quant au cloutage séparé des pieds, il est exclu, vu la largeur du poteau central. Aucune hypothèse alternative n’a été avancée.

41azTa8jwzL._

Conclusion : les stigmatisés sont soit des imposteurs, soit des malades. Hélène, la mère de Constantin, qui en 325 aurait retrouvé à Jérusalem la vraie croix et les clous de la cruci-fiction, était une fieffée menteuse.

Mais d’où  provient le mythe des clous ? Comme toujours d’une interprétation tendancieuse d’un texte du TaNaK ; là il s’agit du verset 17 du Psaume XXII, où il est question de méchants, d’un lion, « de mes mains et mes pieds ». C’est aussi de la suite de ce psaume qu’est issu le mythe du partage des vêtements. L’utilisation abusive du premier verset est aussi tristement regrettable…

Un seul évangile évoque les clous, celui dit de Jean, chapitre XX, versets 25-27, dans lequel Thomas déclare : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous ; si je n’enfonce pas mon doigt à la place des clous… ». Le cloutage des pieds est une invention de Justin le mythomane au IIe siècle.

Parler de Tradition, c’est vouloir tromper le monde…

Commentaire de R .R. publié sur ma page Facebook

Ce n’est qu’au Ve siècle qu’apparaissent les premières représentations de « crucifix », mais sur une croix en forme de Tau. Pour crucifier, les Romains utilisaient 2 barres verticales terminées par une fourche, sur lesquelles était posée une barre horizontale (patibulum) à laquelle on liait les mains du condamné qui était debout sur le sol… Les Romains (ni personne d’autre d’ailleurs) n’ont jamais utilisé de croix semblables à la croix xtienne pour leur supplice… L’église a commencé à représenter son héros sur une croix en forme de Tau, puis la forme a été allongée pour être mieux vue, on a ensuite rajouté un support pour les pieds, puis les premières croix telles que nous les connaissons sont apparues au Ve siècle.

(sources www.bible.chez-alice.fr)

tau

La lettre Tau


Conclusion: tout est mensonge dans cette histoire, et Hélène n’a pas pu retrouver de « vraie croix ».

Paru dernièrement

4162SOHjFsL

Décapant



Lune de sang

 La tétrade des éclipses de lune

Par neutrinos

Le 15 avril 2014 vers 8 heure du matin heure française, une éclipse totale de lune a vu notre satellite unique et préféré recouvert par l’ombre de la terre. De ce fait il s’est retrouvé coloré d’abord en jaune, puis en rouge sang.

Les éclipses totales de lune sont relativement rares, mais celle-là mérite d’être signalée car elle marque le début d’une série appelée « tétrade ». Il s’agit d’une série de quatre éclipses totales qui se produisent à 6 mois lunaires d’écart sur 2 ans.

« Ce type de tétrade se produit de façon occasionnelle : au cours du siècle nous en verrons huit d’après les calculs des astronomes. La précédente date de 2003-2004 et la prochaine se produira en 2032-2033. » (Emile Férard pour Maxisciences.com)

l-eclipse-lunaire-totale-vue-depuis-la-ville-de-buenos_1761154_800x400

L’éclipse du 14/04/2014 photographiée depuis Buenos Aires

Publiée par le journal Sud-Ouest

Des dates symboliques

Des chercheurs ont remarqué des coïncidences entre les dates des tétrades et l’histoire du peuple juif… Il faut noter à ce propos que les fêtes dites du pèlerinage sont presque toujours associées à la nouvelle ou à la pleine lune dans le calendrier hébraïque.

La tétrade qui débuta en 1493 est concomitante avec l’expulsion des Juifs d’Espagne, et leur persécution par l’Inquisition . « Gam zou letova » (tout est pour le bien), ces sévices permirent l’âge d’or de Safed….

La tétrade de 1949 coïncida avec la fondation de l’état d’Israël, et celle de 1967 avec  la victoire de la Guerre dite des 6 jours.

1001955_10152163701412917_6880015573475668855_n

Photo Brian Day, Nasa

1493

Pessah (Pâque) : 2 avril 1493

Souccot (Fête des Cabanes) : 25 septembre 1493

Pessah : 22 mars 1494

Souccot : 15 septembre 1494

1949

Pessah : 13 avril 1949

Souccot : 7 octobre 1949

Pessah : 2 avril 1950

Souccot : 26 septembre 1950

1546154_605236562903352_7229009341674947084_n

1967

Pessah : 24 avril 1967

Souccot : 18 octobre 1967

Pessah : 13 avril 1968

Souccot : 6 octobre 1968

1014064_10152173135044877_7758055198105476741_n

Photo: André Charles Plourde

2014 – 2015

Pessah : 15 avril 2014

Souccot : 8 octobre 2014

Pessah : 4 avril 2015

Souccot : 28 septembre 2015

Un petit tour sur Google nous montre que des charlatans, des faux prophètes, n’ont pas manqué de chercher à récupérer l’évènement céleste dans le sens voulu par leur mythologie idolâtre. Ils risquent d’avoir de mauvaises surprises compte tenu des lieux où le phénomène était visible…

7212892-d-ou-peut-on-voir-l-eclipse-de-lune

Visibilité de l’éclipse en rouge, publiée par Sciences et Avenir

Notes complémentaires

Dans le domaine de l’exploitation de l’évènement, notons le rapprochement fait à tort ou à raison avec le verset 4 du chapitre III du prophète Joël:

« Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang, à l’approche du jour de l’Eternel. »

Mais Joël, à son époque, connaissait sûrement le phénomène des éclipses et ses conséquences spectaculaires… d’ailleurs si la Torah comporte 669 paragraphes, c’est peut-être un enseignement caché sur le retour prévisible des éclipses. En effet, 669 = 3 saros de 223 mois lunaires



Nazareth, ville fantôme

 

Nazareth, capitale du mensonge

Par Neutrinos

« Tout le monde a appris que Jésus était « de Nazareth ». Pourtant le texte grec emploie peu cette expression. Jésus est plus souvent appelé le Nazarenos ou le Nazôraïos. D’ailleurs nombre de traducteurs modernes rétablissent les formes « Nazaréen » ou « Nazôréen ». Les exégètes actuels reconnaissent que le mot pose problème. En effet la petite ville en question ne semble exister que depuis la rédaction des Evangiles. »

(Michel Gozard : Jésus ? Une histoire qui ne peut pas être de l’Histoire)

images

Nazareth n’est pas mentionnée une seule fois dans le TaNaK (dit ancien testament). Le Livre de Josué, riche en énumérations d’agglomérations diverses ignore totalement Nazareth (voir chapitre 15 à 19).

Les Talmuds citent 63 villes de Galilée mais n’évoquent jamais Nazareth parmi celles-ci.

Flavius Josèphe, en dépit des retouches, ajouts et corrections diverses subis par ses écrits, ne connaît pas non plus.

Et plus fort encore, les nombreuses missives envoyées par le supposé Paul ne mentionnent pas une seule fois l’importante cité du siège social de l’entreprise de charpentes du père Joseph. Il faut dire que cet intarissable épistolier ne connaît pas Madame Joseph non plus, ex-rosière du bled en question.

C’est un tout petit village, insignifiant aux époques grecque et romaine, qui fut transformé en Nazareth vers le quatrième siècle, suite aux questions embarrassantes de pèlerins nouveaux convertis. On ne peut pas dire que le choix du site ait été des plus heureux, les textes qualifiant toujours Nazareth de ville et non de village comme par exemple Béthanie ou Emmaüs. De plus, si l’on en croit Luc IV, 29 :

« Ils le menèrent à un à-pic de cette montagne où était bâtie leur ville pour le précipiter ».

Or la ville actuelle est dans un creux et il a fallu aller à 2 km au sud-est pour identifier une « Montagne de la Précipitation ».

Nazareth-Mount-of-Precipitation-from-west-panorama,-tb041003219-biblelieux

Le Mont de la Précipitation

Plus drôle encore, d’après Mathieu XIV et Marc VI, la ville devrait être sur la rive d’un plan d’eau puisque le héros, alors chez ses parents, quitte le lieu en bateau avec ses amis.

Alors d’où sort ce Nazareth ? De Mathieu II, 23 :

« et il vint habiter dans une ville appelée Nazareth ; pour remplir cette parole des prophètes : il sera appelé nazaréen. »

Et plouf, dans le lac asséché! Cette prétendue parole de prophète n’existe pas, n’a jamais existé chez aucun prophète.

Nazareth est un nom fictif, une invention, d’où les gloses embarrassées des exégètes et autres érudits, puis leur mutisme.

Le traducteur de la bibliothèque de La Pléiade a mis en note, je cite:

« Il sera appelé nazaréen : il n’est pas question de Nazareth dans l’Ancien Testament ; mais ce nom prête à un double jeu de mot. Le premier rapproche « Nazareth » de la racine hébraïque NSR, «conserver » (d’où : « surgeon », ce qui garde la sève ; ainsi dans Isaïe, XI, 1 ; LIII, 2, etc.). Le second rapproche « Nazareth » de la racine NZR, « dévouer, mettre à part », qui a donné nâzir, le consacré …. »

La seconde hypothèse est à éliminer d’office concernant le héros des évangiles, car les « nâzirs » devaient s’abstenir de vin et de tous produits venant de la vigne. Pour la première, lire NaTsaR ou NeTseR….

Il existait déjà une secte de « nazaréens » 20 ans au moins avant l’ère vulgaire. Pline l’Ancien, selon des renseignements fournis par Marcus Agrippa, un général de l’empereur Auguste, en parle dans son livre V à propos de la géographie du Moyen-Orient:

«  La Coelesyrie a Apamée, séparée par le fleuve Marsyas de la tétrarchie des Nazariniens »

Le sanctuaire de la religion spectacle

Ci-dessous extrait d’un article trouvé sur un site dont je n’ai pas relevé la référence (je présente toutes mes excuses aux auteurs)

1090
Les croisés cherchent mais ne trouvent pas le village de Nazareth où aurait vécu Jésus. Nazareth n’existe pas! Nazareth sera fondé au XIIIe. siècle en rebaptisant le village arabe En-Naçira… Il y a un doute aujourd’hui pour savoir si ce sont les croisés ou les romains christianisés qui ont créé Nazareth au IVe siècle. Ce dont on est sûr c’est que Nazareth n’existait pas 300 ans après JC. Les croisés construisent aussi l’église Saint Gabriel, les thermes et le puits où l’ange Gabriel serait apparu à Marie pour lui annoncer qu’elle allait enfanter Jésus.

Sources www.bible.chez-alice.fr: archéologue Tzvi Shacham du Musée des antiquités de Tel-Aviv, « Jésus contre Jésus » Gérard Mordillat et Jérôme Prieur, R. Ambelain, « L’Idée Libre » avril 1958,« Corpus Christi » Arte, « Jésus anatomie d’un mythe » Pascal Boistier, « L’Idée Libre », numéro 2, Paris avril 1958, Gozard Michel Jésus, Etienne Nodet, Ecole biblique de Jérusalem, « Corpus Christi », Arte ?

Citations

De Patrick Boistier, Histoire secrète du christianisme, éditions Praelego, Paris 2011

Pour Matthieu, Marc et Luc, l’enfance de jésus s’est déroulée à Nazareth, ville de Galilée. Cette affirmation pose problème, car le nom de cette ville ne figure dans aucun texte ancien: ni l’Ancien Testament, ni le Talmud, ni les Manuscrits de la Mer Morte, ni même Flavius Joseph n’en parlent… Ce ne fut qu’en l’an 240 de notre ère, si l’on en croit Eusèbe de Césarée (IVe siècle), que Jules l’Africain en fit mention pour la première fois. Ceci dit, ce n’est que sur des manuscrits des Evangiles canoniques, datant du IVe siècle, que nous relevons visuellement pour la première fois le nom « Nazareth ». En fait, la bourgade qu’on nous présente sous ce nom n’est apparue sur les cartes géographiques qu’au VIIIe siècle: les pèlerins devenant de plus en plus nombreux, et voulant visiter le lieu où Jésus était censé avoir grandi, on décida que le village arabe En-Naçira, au centre de la Galilée, serait Nazara/Nazareth… Mais En-Naçira n’existait pas au premier siècle de notre ère.

6163163

Nazareth aujourd’hui

De Michel Gozard:

La suspicion augmente quand on constate que la Nazareth qui a été retrouvée dans les premiers siècles par les pèlerins en quête des Lieux Saints correspond mal à la topographie donnée dans Luc:

« Et s’étant levés, ils le chassèrent de la ville, et le menèrent jusqu’au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, afin de le précipiter en bas. »

(4, 29; trad. Segond)

La Vulgate et la traduction Chouraqui parlent aussi d’une ville sur une montagne. Or la Nazareth d’aujourd’hui est construite sur le flanc d’une douce colline au nord de la plaine de Jizréel. Plus prudentes, la Bible de Jérusalem et la T.O.B. parlent d’un « escarpement de la colline sur laquelle était bâtie leur ville »; ce qui est légitime puisque le mot grec utilisé signifie « sommet escarpé », « hauteur », « tertre », « élévation ». Seulement la Nazareth retrouvée ne présente aucun élément naturel permettant une reconstitution de la scène. C’est pour cela que les pèlerins doivent aller voir le « mont de la Précipitation » à 2 km plus au sud!

Conclusion

Le très médiatique pape François doit se rendre en Israël au mois de mai, ira-t-il « se recueillir » et prier dans ce sanctuaire du mensonge ?

C’est là que l’on pourra juger jusqu’où peut aller le charlatanisme et la fumisterie…



Les Portes du Temps

Voyage dans l’Espace-Temps

Par Neutrinos

Dans le Psaume XXIV de David, les mots   פתחי עולם

PiTh’HY ÂWLaM) figurent à deux reprises : aux versets 7 et 9. L’expression est traduite « portails antiques » par Zadoc Khan, « portails d’antan » par Dhorme, et portes de l’éternité par Samuel Cahen.

Effectivement le mot  עולם

 (ÂWLaM) a surtout le sens d’éternité, de temps caché.

PiTh’HY ÂWLaM, ce sont donc des Portes du Temps, des Portes de l’Eternité, et même plus : des Portes de l’Espace-Temps.

Ces deux mots ont pour valeur numérique : 498 +146 = 644

Le Temple

Dans sa description du second temple, Maïmonide précise que la ÂZaRaH, enceinte sacrée où on apportait les sacrifices, mesurait 187 coudées de long sur 135 coudées de large, c’est-à-dire qu’elle avait un périmètre de 644 coudées.

Tarshim_poster

     La Âzarah, la partie à droite sur l’image

BeMiDBaR

Le Livre dit « des nombres » contient 1288 versets, soit 644 x 2.

1288 à 16 diviseurs : 1, 2 4, 7, 8, 14, 23, 28, 46, 56, 92, 161, 184, 322, 644 et 1.288.

Le total de ces nombres est 2.880

La somme des angles de l’hexagramme est de 2.880°.

Voir à ce sujet l’article Numérologie : 288

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2009/08/23/numeralogie-288/

Je remercie Capitaine Flam, Pluto Chien et Akhsah Caleb dont les échanges sur Twitter ont inspiré cet article.



Racine de cinq

 

Racine de cinq

√5 = 2,236

Dans la Thorah (Pentateuque), le verset 4 de Devarim 6 (Deutéronome):

שמע ישראל יי אלהינו יי אחד

a pour valeurs numériques :

410 + 541 + 26 + 102 + 26 +13 = 1118

1118 = 2236/2

11,18 = 5√5 ou √5 au cube

Racine de cinq dans Science 17_w

Dans la grande pyramide, la dite « chambre du roi » mesure 20 coudées de long sur 10 coudées de large, sa hauteur est égale à 5√5, soit 11,18 coudées.

Le verset 10 du dernier chapitre de la Thorah Devarim 34 :

ולא קם נביא עוד בישראל כמשה אשר ידעו יי פנים אל פנים

a pour valeurs numériques des mots qui le composent:

37 + 140 + 63 + 80 + 543 + 365 + 501 + 90 + 26 + 180 + 31 + 180

Total = 2.236.

dodecaedre dans Tradition

1.118 est la valeur numérique du mot :

שבתותי

(mes shabbats)

Ce mot est cité 6 fois dans le chapitre 20 du prophète Ezéchiel. Dans ce même chapitre, on trouve 8 fois :

במדבר

(Dans le désert) Valeur 248

 untitled

Rappel : 26 x 86 = 2.236

A suivre



Illusions à perdre

Illusions perdues

Pendant des siècles, des peuples entiers ont cru dur comme fer en l’existence et en la divinité d’êtres surnaturels nommés Osiris, Isis, avec leur fils Horus, et la cohorte de leurs animaux domestiques…

Illusions à perdre dans Culture anubisupshot_large

Pendant des siècles sous d’autres cieux, certains croyaient en la réalité de Mithra, Adonis, Attis, Tamouz, Dionysos. Ils vénéraient leurs vierges mères et leur amante commune, connues sous différents noms.

mithra-300x282 dans Religion

Pendant des siècles, les habitants du monde gréco-romain ont honoré avec ferveur les membres de la Cour du Roi Zeus, dont le génitif du nom en grec : Διός (Dios), nous est resté pour désigner la divinité suprême.

Les statues de toutes ces idoles déchues ornent nos musées. La littérature et la poésie racontent leurs hauts faits…

Et bien, vous savez quoi ?

L’Autre, sa vierge-mère, ses apôtres et ses saints auront la même destinée. Leurs statues, les tableaux qui les mettent en scène, finiront dans des musées ; des touristes visiteront les ruines de leurs temples. Leurs noms resteront tristement célèbres dans le folklore des peuples, en raison des crimes commis pour leur gloire, lorsque des leaders cultivés et courageux auront ouvert les yeux de leurs contemporains et lorsque tous auront compris qu’ils avaient été bercés (et bernés) d’illusions….

question-zeus



Benjamin de Tudèle au Tibet

 

Benjamin de Tudèle et le Tibet

 Benjamin de Tudèle, fils du rabbin Jonas de Tudèle, de pieuse mémoire, quitta Saragosse vers l’an 1160 pour effectuer un voyage qui le mena sur les rivages de mondes inconnus….

A son retour en 1173, il mit ses souvenirs par écrit. Des traductions en français commencèrent à circuler au XIXè siècle.

Benjamin de Tudèle au Tibet dans Culture benjamin-of-tudela-and-media-arachosia-or-khurasan-300x185

Itinéraire de Benjamin de Tudèle

Quel Tibet ?

Notes et commentaires par Neutrinos

Non, ce n’est pas une plaisanterie, le Rabbin Benjamin de Tudèle évoque bien une contrée de ce nom. Celle-ci se situe vers le Cachemire, au sud de la Mer d’Aral,vers le Baltistan ou Petit Tibet, nom également donné au Ladakh.

Ce que nous appelons de nos jours Tibet ou Thibet est Bed Yul ou Khang Yul, pour ses habitants.

Récit de Benjamin

A cinq journées de là est Samarkand cette grande ville qui est sur les frontières du royaume, c’est à dire de la Perse, où il y a environ cinquante mille Israélites, qui ont pour chef établi sur eux le prince R. Obadia ; il y a parmi eux des disciples des sages et des gens riches.

afrosiab-samarkand-3-300x138 dans Tradition

A Samarkand (absolutechninatours.com)

De là il y a quatre journées à Thoboth (Tibet), province dans les forêts de laquelle est le musc.

De là il y a vingt-huit journées aux montagnes de Nisbon, qui sont sur le fleuve Gozan. Il y a en Perse des Juifs originaires de ces montagnes qui disent qu’on trouve dans les villes de Nisbor les quatre tribus de Dan, de Zabulon, d’Aser et de Nephtali, que Salmanasar, roi d’Assyrie, y a transportées à la première captivité, selon ce qui est écrit (II-Rois, 18,11). Il transporta les Israélites à ‘Halah sur le ‘Habor, rivière du Gozân, aussi bien que dans les villes de Médie (Afghanistan). Leur pays a vingt journées de circuit. Ils ont des villes et des bourgs sur les montagnes. Ils sont environnés, d’un côté par le fleuve du Gozân. Ils ne sont assujettis à aucun joug des gentils, mais ils ont un prince nommé Yoseph Amarckla, lévite ; ils ont parmi eux des disciples des Sages.

hara-gozan-havor-pesh-havor-as-oxus-herat-peshawar-300x168

La région du Gôzan

Ils sèment et ils moissonnent. Ils vont par des déserts faire la guerre au pays de Kuth. Ils sont alliés avec les Copher-al-Tourcs (Tokhariens), qui adorent le vent, et qui demeurent dans les déserts. C’est une nation qui ne boit point de vin et ne mange point de pain. Ils ne mangent que de la chair crue, telle qu’elle est, sans la faire cuire. Ce sont des gens cruels. Au lieu du nez, ils ont de petits trous par lesquels ils respirent. Ils mangent toutes sortent d’animaux purs et impurs. Au reste, ils aiment les Israélites.

Il y a à présent quinze ans qu’ils vinrent en Perse avec une puissante armée ; ils y prirent d’abord la ville de Roi ou Rai, et, après avoir tout passé au fil de l’épée et tout pillé, ils s’en retournèrent dans leurs déserts. Il y avait bien longtemps qu’ont avait entendu parler de chose semblable dans la Perse ; le roi de Perse, l’ayant appris, se mit fort en colère contre eux, en disant : « Jamais, du temps de mes ancêtres, aucune armée n’est sortie de ce désert ; je m’en vais donc maintenant et j’effacerai leur nom de la terre. »

Il fit donc publier un édit par tout son royaume pour rassembler toutes ses troupes, et il fit chercher un guide qui leur montrât le chemin de leur campement. Il en trouva un qui lui dit : « Je te montrerai l’endroit où ils sont, car je suis l’un d’entre eux. » Alors le roi lui jura qu’il l’enrichirait s’il lui montrait le chemin, et s’il faisait ce qu’il promettait.

Enfin le roi lui demanda :

« Pour combien de temps avons-nous besoin de provisions pour faire ce chemin dans ce grand désert ? »

A quoi il répondit :

« Prenez du pain et de l’eau pour quinze jours, car vous ne trouverez point de nourriture jusqu’à leur pays. »

baltistan-the-border-with-ladakh-1936-300x198

Région du Baltistan et du Ladak (tableau de Nicholas Roerich)

Cela ayant été ainsi exécuté, l’armée marcha dans le désert pendant quinze jours, sans rien trouver. Il ne leur restait donc que très peu de provisions ; hommes et bêtes commençaient à mourir. Alors le roi ayant fait appeler le guide lui dit :

« Où sont tes paroles, par lesquelles tu nous a assuré que nous trouverions nos ennemis ? »

A quoi le guide répondit :

« Je me suis égaré du chemin. »

Mais le roi irrité lui fit trancher la tête, et il fit publier par tout le camp que celui qui aurait quelque nourriture la partagerait avec son compagnon. Ils mangèrent donc tout ce qu’ils avaient en main, jusqu’à leurs bêtes de somme, et ils marchèrent encore treize jours par les déserts, jusqu’à ce qu’ils arrivèrent aux montagnes de Nishor (Chasvin), habitées par les Juifs.

Les Perses y étant arrivés de jour, ils campèrent dans des jardins et dans des vergers, auprès des fontaines qui sont le long du Gozân. Or c’était la saison des fruits, ils mangeaient et ravageaient tout, sans que personne sortit contre eux ; mais ils découvraient sur les montagnes plusieurs villes et tours. Le roi donc ordonna à deux de ses serviteurs d’aller s’informer quelle nation habitait sur ces montagnes, et d’y aller de quelque manière que ce fût, soit sur des bateaux, soit à la nage.

Ces hommes y étant allés, trouvèrent un grand pont sur lequel il y avait des tours et une porte fermée, et au bout du pont, de l’autre côté du fleuve, il y avait une grande ville. Ces deux hommes crièrent du pont jusqu’à ce que quelqu’un étant venu, leur demanda :

« Que voulez-vous, et à qui appartenez-vous ? »

Mais ils ne l’entendirent point, jusqu’à ce qu’un truchement qui savait leur langue étant venu, leur fit la même question. Ils répondirent :

« Nous sommes serviteurs du roi de Perse, et nous venons vous demander qui vous êtes, et à qui vous obéissez ? »

A quoi ceux-ci répondirent :

« Nous sommes Juifs, et nous ne sommes soumis à aucun roi ou prince gentil ; mais nous avons un prince juif. »

Les Persans s’informèrent aussi touchant les Comarius, enfants de Gotz, d’entre les Copher-al-Torchs. Mais les Juifs répondirent :

« Ce sont nos alliés ; et quiconque cherche à leur faire du mal, nous en fait à nous. »

zhangye-1-300x174

Vers Kashgar (voyagecasher.com)

Ces deux hommes s’en étant retournés et ayant fait ce rapport, le roi fut saisi d’une grande terreur. Le lendemain, les Juifs envoyèrent lui livrer bataille. Le roi répondit :

« Je ne suis pas venu pour vous faire la guerre, mais seulement aux Copher-al-Torchs, mes ennemis. Que si vous voulez me faire la guerre, je me vengerai en faisant mourir tous les Juifs de mon royaume, car je sais que vous êtes plus forts que moi dans ce pays. Usez plutôt de bonté envers moi ; ne me faites pas la guerre, laissez-moi la faire contre les Copher-al-Torchs, mes ennemis, et vendez-moi des vivres autant que moi et mon armée en avons besoin. »

Les Juifs, ayant délibéré entre eux, prirent la résolution de complaire au roi de Perse à cause des Juifs qui sont dans son royaume. Il entra donc dans leur pays lui et toute son armée, et s’y arrêta quinze jours, les Juifs lui faisant de grands honneurs.

Cependant ceux-ci envoyèrent en même temps des lettres aux Copher-al-Torchs, leurs confédérés, par lesquelles ils leur donnaient avis de tout ce qui s’était passé. De sorte que tous les habitants de ces déserts se saisirent des passages des montagnes avec une grande armée. Le roi de Perse s’étant mis en marche pour les combattre, ceux-ci, s’étant avancés, lui livrèrent bataille en chemin, et firent un si grand carnage dans l’armée persane que le roi de Perse fut obligé de se sauver avec peu de gens dans son pays.

img038-300x213

Or un cavalier d’entre les serviteurs du roi emmena avec lui par ruse un Juif de ce pays, nommé R. Moshe, dont ce cavalier fit ensuite son esclave lorsqu’il arriva en Perse. Un jour, comme les archers s’exerçaient à tirer à l’arc pour divertir le roi, il ne s’en trouva point de si adroit que R. Moshe. Le roi, l’ayant fait venir, le questionna par un truchement, sur quoi R. Moshe lui raconta d’abord tout ce qui lui était arrivé, et comme il avait été emporté frauduleusement par ce cavalier.

Aussitôt, le roi l’anoblit, le fit revêtir d’habits de soie et de lin fin, et lui fit de grands dons. A quoi le roi ajouta :

« Si tu veux te convertir et embrasser notre religion, j’userai de gratitude envers toi, je te ferai puissamment riche, et même je t’établirai sur toute ma maison. »

A quoi il répondit :

« O roi, mon seigneur, c’est ce que je ne puis faire. »

Le roi donc le prit et le mit dans la maison de R. Schalom, prince de l’assemblée d’Ispahan, qui lui donna sa fille en mariage.

C’est ce R. Moshe lui-même qui m’a raconté cette histoire.

280px-khyberpasspakistan

La Passe de Khyber (photo Wikipédia)

Salomon en Asie Centrale

La contrée et la ville, évoquées par l’informateur de Benjamin, semblent se situer dans la région de la ville de Kashgar. Marco Polo y séjourna un siècle plus tard, après le passage des guerriers de Gengis Khan. Il décrit ainsi la cité :

A ce qu’on dit, Casgar était jadis royaume libre, mais est à présent soumis au Grand Caan (…)

Les gens vivent de métiers et de commerces, et surtout de travailler le coton. Ils ont de très beaux jardins et vignes et beaux vergers d’arbres fruitiers.

 img0901-264x300

La chaîne de montagnes qui sépare le Pakistan du nord de l’Afghanistan porte le nom de Salomon (Suleimân). C’est en son sein que s’ouvre la fameuse « Passe de Khyber ». Elle culmine au « Takht-i-Suleimân » Siège de Salomon, à 3624 m.

Entre 1924 et 1929, le peintre Nicholas Roerich sillonna ces régions de l’Asie Centrale. De cette expédition il rapporta 500 tableaux mais aussi quelques notes dont il tira son ouvrage Shambhala. En voici des extraits en rapport avec le sujet :

 A Kuchar, vous entendrez parler de King Po-Chan, régent des Tokhariens, et de la façon dont il disparut avec les trésors de son royaume, ne laissant que du sable, des pierres et des ruines derrière lui, lorsque l’ennemi approcha.

Au Cachemire, ils parlent de la tribu perdu d’Israël ; certains rabbins érudits pourraient vous expliquer qu’Israël est le nom de ceux qui cherchent, et que ce nom représente non pas une nation, mais le caractère d’un peuple. (…)

Dans les monts Altaï, dans la belle vallée de Uimon, dans les hautes terres, un vénérable Ancien me dit :

« Je vous prouverai que l’histoire des Chuds, le peuple qui vit à l’intérieur de la terre, n’est pas que le fruit de l’imagination ! Je vous conduirai à l’entrée de ce royaume souterrain. »

Sur la route qui traverse la vallée entourée de montagnes neigeuses, mon hôte nous raconta plusieurs légendes sur les Chuds. Il est remarquable que « Chud », en russe, ait la même origine que le mot merveille. Alors, peut-être pouvons-nous considérer les Chuds comme une merveilleuse tribu. (עם סגלה)

(…)

img035-300x201

Quand nous approchions de Khotan, aussi, les sabots de nos chevaux sonnaient creux, comme si nous avions chevauché au-dessus de grottes ou de cavités. Les gens de notre caravane attirèrent notre attention sur ce phénomène et dirent : « Entendez-vous que nous traversons un passage creux souterrain ? Ceux qui connaissent bien ces passages peuvent les emprunter pour atteindre des pays lointains. »

(…)

Sur le sommet même d’une montagne, on peut voir plusieurs pierres. Des ruines, probablement.

« Ceci est le trône de Suleiman », vous explique le chef de la caravane.

« Mais comment se fait-il que partout, à travers l’Asie, on puisse voir des trônes de Salomon. Nous en avons vu à Srinagar, près de Kashgar, et il y en a plusieurs en Perse. »

Mais l’homme de la caravane n’abandonne pas son idée favorite.

« Certainement il y a plusieurs trônes du Grand Roi Suleiman. Il était sage et puissant. Il avait un appareil pour voler au-dessus de plusieurs pays. Les gens stupides croient qu’il utilisait un tapis volant ; mais les hommes instruits savent que le Roi possédait un appareil… »

img036-300x186

Liens :

Sur Benjamin de Tudèle

http://akhsahcalebunblogfr.unblog.fr/2011/01/25/benjamin-de-tudele-a-posquieres/

http://akhsahcalebunblogfr.unblog.fr/2011/03/30/benjamin-de-tudele-a-lunel/

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2011/03/06/saint-gilles-du-gard/

http://akhsahcalebunblogfr.unblog.fr/2012/12/13/benjamin-de-tudele-a-jerusalem/

 

Sur le voyage du peintre Nicholas Roerich

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2011/09/04/de-carnac-a-shambhala/

Les peintures de Nicholas Roerich sont extraites de: Nikolay Roerich, Maesters of World Painting; Aurora Art Publishers, Leningrad 1976

 Divers

La carte des Monts Suleiman a été scannée dans le Dictionnaire de la civilisation indienne, Louis Frédéric, Bouquins, Robert Laffont 1987.

La carte de l’itinéraire de Benjamin de Tudèle et celle de la région du Gôzan proviennent du site:

http://muslimbaniisrael.wordpress.com/



Personnage de papier

 

Témoignage d’un professeur d’Université

 

(L’ex pape) Benoît XVI a publié un livre nommé Jésus de Nazareth. Des médias considérés comme intellectuels (Le Monde, Le Nouvel Observateur) y ont consacré des dossiers. Qu’a-t-on constaté ? Un défilé niais d’approbations, censé être pimenté par la présence d’un  »libertin » (Sollers), d’un  »agnostique » (Luc Ferry), d’un  »protestant » (Daniel Marguerat). De même, pour Noël, les magazines ont regorgé de dossiers sur la vie de Jésus,  leur suprême audace consistant à affirmer ce qu’ils croient être le nec plus ultra de la recherche : distinguer le  »Jésus de l’histoire », et le Christ de la foi. Bref, la  »démythologisation » des années 1930 comme nouveau lieu commun, acceptée sans discussion, alors même qu’elle enferre dans une impasse, comme si on cherchait le tombeau du petit Chaperon rouge.

Jamais les journalistes ne disent ces vérités élémentaires de la sociologie : que l’immense majorité de ceux qu’ils présentent comme  »experts » sont d’abord et avant tout des employés d’institutions d’Église. Attention, il ne s’agit nullement de suspecter leur bonne foi, de dénoncer la manipulation, comme le font les officines libre-penseurs criant au complot. Il s’agit seulement de dire clairement que, dans nos pays, l’immense majorité des chercheurs sur le christianisme sont des croyants, qui, par simple bon sens psycho-social, ne peuvent mettre en doute une  »vérité », la croyance à l’existence historique de Jésus, dont l’absence les détruirait psychiquement, affectivement, socialement. Des média, fort attrayants, comme Le Monde des religions, bien loin d’être  »neutres », donnent la parole à des professeurs d’université, certes, mais presque tous croyants (et pour cause).

Et pour cause, car les non-croyants ne s’intéressent pas aux textes bibliques.

 

Personnage de papier dans Culture alfred-loisy

 

Loisy (personne, hors spécialistes, n’a salué sa mémoire, condamné, exclu, par le pape de 1907), Las Vergnas, Raymond Fau sont introuvables en librairie, difficilement en bibliothèques, inconnus du grand public (et même Albert Schweitzer, qui affirmait en 1906 que Jésus était une figure créée par la foi, n’a jamais été traduit en français!). De même est introuvable Bernard Dubourg, édité pourtant par Gallimard. Je cite là des travaux qui n’ont rien de commun dans leurs méthodes et leurs résultats, si ce n’est un travail sérieux sur les textes, en dehors de toute croyance à une quelconque historicité.

Remarquez comment toujours revient la petite phrase qui protège soigneusement toutes les discussions de la  »dérive » : « il est bien entendu, aux yeux de tous les savants sérieux, que personne ne met en cause l’existence réelle de Jésus ». Et il est à craindre que le  »dialogue inter-religieux », ne renforce cette approche qui semble aller de soi, que des textes puissent  être  »divins »,  »révélés »,  »inspirés » !

On se souvient de la rengaine que Pasteur a entendu pendant toute sa vie : il est évident qu’il y a « génération spontanée ».

 

Comprendre le Christ comme personnage de papier, c’est-à-dire comme œuvre remarquable du génie humain

De même que nous comprenons facilement, grâce au remarquable livre de Mireille Huchon (Louise Labé, une créature de papier, Droz, 2006) comment les poèmes dits de Louise Labé sont issus au XVIe siècle d’un groupe passionné de littérature, de même que le Père Dominicain Mandonnet avait montré avec des arguments fort convaincants que la Béatrice de Dante n’avait d’autre identité que d’être la figure personnifiée de la vocation religieuse (Mandonnet, Dante le théologien, 1935), de même que Glen W. Bowersock a pu rappeler récemment combien à l’époque du Christ la  »fiction comme histoire » était un genre littéraire (Le  »mentir-vrai » dans l’Antiquité, Bayard, 2007), de même que j’ai pu montrer (Philosophie de Rousseau, 3 vol., Aréopage, 2006) comment il n’y avait aucune différence, dans les écrits de Rousseau, entre ouvrages de  »théorie » et ouvrages de  »fiction » (et cela pour des raisons bien différentes de celles qu’avait pu imaginer Paul de Man, le maître de Derrida) ; de même il faut désormais ouvrir la  voie à des travaux qui prennent en compte ce que les orthodoxies et les habitudes, les intérêts et les conventions récusent par principe : l’invention textuelle de la figure de Jésus-Christ par le travail admirable de groupes inconnus, connaissant par cœur la Bible juive et nourris de (mé)connaissance d’autres langues, sans cesse entre jeux de mots et  »prise-au-propre » dans une narration, des symboles de la religion précédente. C’est bien parce que Jésus n’a jamais existé que l’invention de sa figure ouvre une telle nouveauté ni littéraire, ni philosophique, ni artistique, ni morale, ni symbolique, mais tout cela à la fois, dans une œuvre qu’il est urgent de rendre à tous les humains.

Cinquante ans après les Mythologies de Roland Barthes, puis après une trentaine d’années de structuralisme, qui allaient sans doute trop loin dans l’exaltation des mécanismes de l’écriture mais qui avaient le mérite de mettre enfin le nez sur la présence du texte, son épaisseur, son fonctionnement, comment comprendre que la pensée occidentale et la pensée française en particulier n’ait pu accéder à une intelligence non morale du texte de la Bible ? Comment ne pas déplorer cette misérable réduction au degré zéro de l’herméneutique ?

 

Nanine Charbonnel

 

Nanine Charbonnel est professeur à l’Université Marc-Bloch (Strasbourg-II)

Cet article a été rédigé le 11/02/2008 pour le site :

http://www.lechampdumidrash.net/index.php?lng=fr

 torahpourlesnuls dans Histoire

NOTE

Il est évident que dans cet article Nanine Charbonnel évoque les textes premiers, ceux qui ont été récupérés, traduits, trahis, complétés par des élucubrations diverses afin d’en masquer les origines. Mais l’important n’est pas là, cette étude d’une universitaire de haut niveau montre surtout que depuis 1700 ans l’Occident est victime d’un mensonge, un mensonge qui a pourri la vie de centaines de millions de personnes.

 



Chandeleur

 

Chandeleur

 

Le 2 février, il y a plus de 2000 ans, était le jour de la culmination de l’étoile Sirius à minuit. Une fête était célébrée dans le grand temple de Déméter à Eleusis, en l’honneur de la déesse à la recherche de sa fille Perséphone enlevée par Hadès, On y faisait en leur honneur des galettes de blé. A notre époque, Sirius culmine le 2 janvier, mais par une merveilleuse coïncidence, le 2 février peut encore lui être consacré, puisque c’est le jour où l’étoile se lève le soir au coucher du soleil. De plus, à ce moment précis, l’Epi de la Vierge se trouve, invisible, au nord vrai dans le prolongement de la ligne Etoile Polaire - Mizar de la Grande Ourse. La chandeleur est aussi une fête de l’Ours. En 2010, une nouvelle étoile a été découverte dans le groupe Mizar + Alcor, les célèbres étoiles doubles de la Grande Ourse, qui désormais sont 4 + 2 = 6….

 

 

 Chandeleur dans Culture brown_bear_ursus_arctos_arctos_running

Alors, vive les crêpes en l’honneur de la lumière divine ! Voilà encore une preuve que tous les mythes ont une base astronomique, leur seule véritable explication. Les légendes récentes ne sont que des interprétations dénaturées, mais dans lesquelles transparaissent encore des lueurs de vérité.

Que fêtent les chrétiens le 2 février ?

La présentation du « Seigneur » dit-on , et depuis 1372 seulement, la « Purification  de la Vierge ». Il est vrai que le nom du mois vient d’un mot latin, februa, signifiant rite expiatoire ; ceci explique peut-être cela.

Quant à la « Chandeleur » fête des chandelles c’est le pape Gélase (492-496) qui la créa pour remplacer la fête des Lupercales qu’il venait d’interdire….

Alors, revenons vite aux traditions antiques, on célèbre bien la naissance de Mithra le 25 décembre; pourquoi ne pas fêter aussi Imbolc et les Lupercales 40 jours plus tard. Paganisme pour paganisme, c’est original et plus véridique sur le plan traditionnel…

Cet extrait provient d’un article du blog Montségur – Au Coin des Temps

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2010/01/31/chandeleur/

 

 dans Tradition

 

Question

Par Neutrinos

Alors : que fêtent réellement les chrétiens le 2 février ? La question mérite d’être posée…

C’est dans le livre WaYqra (lévitique), ch. XII, versets 1 à 8, que sont données les lois sur la purification des femmes venant d’enfanter.

Après la mise au monde d’un bébé de sexe masculin, la femme reste impure 40 jours durant, sept jours jusqu’à la circoncision, puis 33 jours. Ce temps accompli, elle doit offrir un sacrifice de purification. A l’époque supposée de la naissance du héros des évangiles, ce sacrifice obligeait les parents à se rendre au temple de Jérusalem, comme d’ailleurs ils devaient le faire pour accomplir le rite de rachat du premier né.  Or, si l’on en croit Matthieu, papa, maman et leur rejeton étaient partis se cacher en Egypte peu après la naissance.

Donc impossibilité totale de « Présentation » de l’enfant au Temple de Jérusalem et de Purification de maman dans les temps prescrits par la Loi..

Qu’importe les pères des églises romaine et grecque ignorèrent Matthieu, ses mages et sa fuite en Egypte pour ne tenir compte que de la version des évènements rapportés par Luc, en contradiction complète avec celle de son confrère.

Je suis très étonnée de constater que personne n’a jamais soulevé ce lièvre de belle taille, ou plus exactement je suppose que les éventuelles remarques de bon sens et les protestations ont été enterrées et occultées.

Un tel procédé s’appelle du CHARLATANISME.

.

 

 



12345

O'nyx, Evénementiel |
studentsohaib |
TV2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | JUVENIL WORLD
| Transparency Mali
| agboville le novateur d'Afr...